pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) en forêt de Fontainebleau

Pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix)

C’est au milieu du printemps que résonne le chant du pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) en forêt de Fontainebleau. Il fait partie d’une des 4 espèces d’Île-de-France. De la famille des Phylloscopidae, ce petit passereau migrateur revient sur le massif forestier pour se reproduire et délimiter son territoire. D’ailleurs, comment le distinguer de ses 3 cousins ? Voyons cela ensemble.

Description

Si on devait désigner le plus grand de la famille, il gagnerait assurément ! En effet, l’oiseau mesure 12 cm de long pour une envergure comprise entre 19 et 14 cm. Pour une fois, d’autres critères d’identification viennent à notre aide. Tout d’abord, il a la particularité d’avoir un sourcil jaune bien marqué avec une bande vert kaki traversante au niveau de l’œil. Ensuite, sa tête et son dos prolongent cette teinte foncée. La gorge est jaune et le poitrail est plutôt clair, presque blanc. Son bec est fin.

pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) en plein chant

 

Un dernier critère de reconnaissance est auditif puisqu’il concerne le chant. Ces petits oiseaux forestiers de cette famille des Phylloscopidae ont tous un chant bien particulier. C’est celui-là qui vient appuyer les premières observations de terrain. L’étude de leurs vocalises fait gagner un temps précieux lors des recherches d’indices de présence. Mâle et femelle sont impossibles à différencier tant leur plumage est semblable.

Habitat

Le pouillot siffleur se cantonne aux parcelles de feuillues composées de hêtres principalement. Cette particularité tient au fait que ce type d’arbre avec ses feuilles forme une couverture de végétation. Un sous-bois sombre est idéal pour lui. Les vieilles forêts avec de gros arbres abritent de nombreux couples. Il peut se trouver des résineux aux endroits qu’il fréquente, mais à condition que ce type de boisement soit en faible pourcentage.

Régime alimentaire

Son bec fin suggère un régime insectivore. Il est composé de chenilles, d’insectes volants, de diptères, de coléoptères, de fourmis et de petits papillons ainsi que d’autres petites bestioles trouvées dans les arbres.

Reproduction

Le pouillot véloce ne construit pas son nid dans les arbres. Il le bâtit au sol avec de l’herbe et de la paille sur lequel, il ajoute une sorte de toit, en avancer. Il peut être caché dans les herbes ou au pied d’un buisson ou dans le lierre. La ponte comprend 6 à 8  œufs qui seront couvés pendant 2 semaines. Certaines années favorables, un peu plus d’un tiers des couples font une deuxième ponte.

Période de présence

Les arrivées en Seine-et-Marne se font entre la mi-avril et la première quinzaine de mai. Les mâles arrivent les premiers et se mettent à chanter en attendant les femelles qui suivront 7 à 15 jours après. Après la reproduction, les départs des adultes et des jeunes se font courant août pour la plus grande partie du contingent.

Chant du pouillot siffleur

Comme je l’ai indiqué, le chant est déterminant pour assurer l’identification de l’oiseau. Notre petit oiseau chanteur a un chant doux et mélodieux que je vous invite à découvrir sur ce QR code.

QR Code chant

2 commentaires

  1. Bonjour Djamal,
    Félicitations et merci pour ce bel article complet et intéressant.
    Bonne semaine d’observations et au plaisir de découvrir ton prochain sujet.
    Amicalement, prends soin de toi.
    Brigitte.

  2. Encore une découverte de ma forêt de naissance et préférée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !