Accueil | Oiseaux | Moineau domestique – Le Piaf | Oiseau des villes (Passer domesticus)
Moineau domestique - Piaf | Oiseau des villes

Moineau domestique – Le Piaf | Oiseau des villes (Passer domesticus)

Je vous présente le moineau domestique (Passer domesticus) appelé aussi le piaf. Il passe pour être un des oiseaux les plus communs des villes. Ces moineaux font partie de notre quotidien.  Trois ou quatre couples ont élu domicile sous le toit des maisons voisines. Chez moi, ils viennent manger et boire. Ailleurs, les moineaux sont à l’aise aussi en ville où ils rivalisent d’astuces pour dénicher de la nourriture. Partout, ils animent les rues par leur présence. Depuis longtemps, ils font partie de notre paysage urbain. Que seraient nos villes sans les moineaux domestiques ? Faisons un peu mieux connaissance avec les piafs…

Mode de vie du Moineau domestique

Le moineau domestique est un oiseau grégaire. Il vit en compagnie de ses semblables toute l’année. Il s’accommode des zones urbanisées créées par l’homme.  Il profite même de nos restes pour s’alimenter. Sur les lieux touristiques, sur les quais de gare ou tout autre endroit de ce genre, il picore les restes de nos sandwiches, les miettes de pain éparpillées au sol. Jamais à court de ressources, il m’est arrivé de les voir jusque dans les rayons d’un supermarché, sautillant au sol à la recherche de la dernière ‘graine’ à la mode.

Notre moineau domestique fréquente peu la forêt de Fontainebleau. Ce n’est pas un oiseau forestier. Il a besoin de biotopes ouverts, de zones dégagées pour évoluer. On l’aperçoit en campagne aussi, dans les fermes, là où les restes de grain (de blé par exemple) sont importants. Il peut côtoyer aussi un cousin de la famille, le moineau friquet qui lui est exclusivement campagnard.

 

Le piaf est un granivore comme l’atteste son gros bec. Lors de la nidification, il propose aux poussins des insectes dès qu’il le peut. J’en ai vu chassés des hannetons en plein vol. C’est d’ailleurs assez rigolo, car ils ne sont pas taillés pour ce type de chasse. Du coup, ils volètent après les insectes avec beaucoup de déchets.

 

Moineau domestique mâle - Le Piaf
Moineau domestique mâle – Le Piaf

Description du Piaf

Il ne vous aura pas échappé que mâle et femelle présentent un dimorphisme sexuel. Leur plumage est différent, ce qui permet de déterminer facilement les deux sexes. Pour faire simple, la photo qui se trouve au-dessus représente un mâle en plumage hivernal. On reconnait le piaf mâle à sa gorge noire. Ses yeux sont pris dans une bande de la même couleur. Le mâle a le dessus du crâne gris. Les joues sont d’un marron caramel. Les ailes ont les mêmes nuances. À bien y regarder de près, le moineau domestique mâle est un joli oiseau, non !?

Le plumage de la femelle est d’un gris pâle avec un sourcil beige crème et ses ailes sont d’un marron clair. Le mâle et la femelle sont trapus. Ils mesurent entre 14 et 16 centimètres.  Le mâle est un peu plus grand que la femelle.

Moineau domestique femelle - Piaf | Oiseau | Photo
Moineau domestique femelle

Les dangers qui guettent les moineaux domestiques

Au jardin, les prédateurs les plus fréquents sont les chats. Si vous avez un matou spécialiste de l’avifaune et que vous nourrissez les oiseaux du jardin, veillez à mettre les mangeoires suffisamment haut. Il existe un autre prédateur naturel qui se risque parfois dans les jardins, il s’agit de l’épervier. J’en parle en connaissance de cause, car j’en ai photographié un sur ma mangeoire…

En ville, les dangers auxquels sont confrontés les moineaux sont les voitures, les pies, les rongeurs (pour les poussins), la pollution, etc.

Moineau domestique au jardin
Moineau domestique se désaltérant

Voir et revoir le Moineau

Vous l’aurez compris, j’apprécie ce passereau, car il est gai, démonstratif, grégaire. On ne s’ennuie pas avec lui, il a toujours quelque chose à nous montrer. Les moineaux domestiques sont aussi les oiseaux de mon enfance. Peut-être le premier oiseau que mes yeux d’enfant ont contemplé quand je jetais du pain rassis, au bois de Vincennes.  Le moineau a toujours fait partie de mon histoire. Je ne l’ai jamais vraiment quitté, il ne m’a jamais laissé tomber. Nos routes se sont croisées et continueront encore de se croiser.

Pour toutes ces raisons, le piaf a une place de choix dans mon jardin. Je le surveille d’un œil bienveillant. Je me réjouis de voir sa descendance s’envoler chaque printemps. J’espère que mon témoignage vous donnera envie d’approfondir votre connaissance des moineaux. Ne cherchez pas bien loin, ils sont prêts de vous 😉 !!!

Les espèces de Moineaux en France

En France, on compte 3 espèces de moineaux. Il y a le moineau domestique (Passer domesticus) l’oiseau des villes, le moineau friquet (passer montagnus) l’oiseau des campagnes, le moineau soulcie (petronia petronia) l’oiseau du sud de la France.

Pour connaitre le chant du moineau domestique (source web-ornitho.com), cliquer sur le lien.

4 commentaires
  1. Nous aimons les piafs qui viennent se nourrir sur notre balcon. C’est que me semble important pour eux, c’est un peu d’eau. Ils s’amusent si’ils peuvent se baigner and boire un peu. Bien sûr, ils aiment egalement un peu d’arachides et du pain. Merci pour votre article.

  2. Merci Ewa de préciser que les moineaux ont besoin d’eau pour la boisson et le bain, c’est une très bonne initiative !!!
    @Bientôt

    Djamal

  3. Je suis Brésilienne et peintre (SVP, regarder mes peintures sur le site ci-dessus).
    Je suis très intéressée par les insectes et les petits animaux dans les forêts d’une façon général.
    J’aimerais bien avoir um contact avec vous par email pour avoir plus d’informations sur votre travail.

    Cordialement,
    Eliane

  4. Bonsoir,
    Merci pour ton article scientifique d’une part, puis poétique d’autre part quand tu parles de ton affection particulière pour cette espèce, et tes photos superbes 😉 j’adore !
    Pour moi aussi Djamal, ce sont les oiseaux de mon enfance, vifs, espiègles, curieux, grégaires, bruyants, chamailleurs, gourmands et sacrément opportunistes car dès que nous rentrions chez nous, une trentaine de moineaux s’abattait dans le jardin pour picorer les miettes tout juste jetées à la volée sur les graviers… certains des plus téméraires s’aventuraient même sur le bord de la table, picorant les miettes en choisissant les plus grosses, après une bataille avec ses congénères…, quand nous mangions dehors : il ne fallait surtout pas bouger, ni parler… sinon, pftttt : ils s’envolaient très prompts ! J’adore ces passereaux faciles et passionnants à observer… Ils se rassemblaient dans notre olivier, dévoraient les olives laissées sur l’arbre en hiver, à leur intention, et picoraient vers, miettes de pain, et des graines que nous leur donnions…, ou certaines graines des plantes du jardin, ainsi que nos abricots…, mais aussi ils jouaient dans les vieux micocouliers, dont ils se délectaient de leurs graines bien mûres dès l’automne venu, et dans lesquels ils réglaient leurs différends du moment… à toute époque de l’année !
    J’ai aussi distribué du pain à ces oiseaux… mais à l’époque je ne savais pas…
    Depuis des années, je n’en vois plus beaucoup, hélas, même dans les jardins du centre de Toulon, ou des environs… , il n’y a plus que des pigeons, des tourterelles, des étourneaux, quelques martinets quand arrive la saison de leur retour, des goélands, de rares mouettes, quelques corbeaux et autres corvidés, des pies…
    Depuis un peu plus d’un an, j’ai de nouveau un jardin, tout petit de 40m², mais avec un panel de plantes (75 espèces plantées dans les trois dimensions), où j’attire les oiseaux granivores… Je n’obtiens jusqu’à présent que la présence de deux couples de tourterelles qui ont très bien compris qu’ici en hiver, je leur offrais le couvert… : graines, et boules de graisse exclusivement, avec de l’eau, et un coin pour faire sa toilette, j’ai aussi mis des poils morts de mes chattes dans un distributeur à leur disposition…
    Quand on voit les dégâts que fait le pain sur les oiseaux… ! D’abord au niveau des plumes, qui ne leur servent plus à les porter pour voler, des plumes deviennent complètement atrophiées, mitées, aux barbes rongées… puis, plus tard des dégâts mortels sur leurs organes internes ! (à cause de la levure, notamment)… Même les rossignols, les mésanges, la chouette (insectivores) qui revenaient nicher chaque année dans les mêmes zones de la propriété, (nous étions que des locataires de ces lieux préservés), je ne les ai plus revus ailleurs, hélas : la faune s’appauvrit… dû à nos erreurs, et à divers autres facteurs environnementaux… Cela m’attriste… !
    Bonne continuation !
    Cordialement.
    Brigitte.
    Merci pour ton article à propos d’un de mes chouchous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!