Cincindèle champêtre (Cicindela campestris) - Coléoptère de la forêt de Fontainebleau

Cicindèle champêtre (Cicindela campestris) – Un coléoptère rapide

La cicindèle champêtre (Cicindela campestris) est de la sous-famille des Carabidae. Présent en forêt de Fontainebleau, ce petit coléoptère vert à point blanc ne cache pas ses goûts alimentaires. Sa morphologie, son agilité et ses grosses mandibules sont là pour rappeler qu’il s’agit d’un petit carnassier. Mais regardons de plus près, cette petite bestiole verte.

Description

Son corps semble assemblé de 3 parties distinctes. Tout d’abord, une tête large munie de 2 gros yeux. Ensuite un pronotum rectangulaire, un peu moins large et haut que la tête. Enfin, la dernière partie est l’abdomen en forme de U. L’insecte est monté sur de grandes pattes rougeâtres.

 

Cincindèle champêtre (Cicindela campestris) vue de dessus

 

La couleur du coléoptère va de vert pâle à vert soutenu. Un point blanc et 3 taches sur le flanc marquent chaque élytre. Le dessous de l’insecte tire sur le rose métallique. Ces dernières cachent une paire d’ailes qu’il n’hésite pas à utiliser pour chasser ou s’enfuir. De grosses mandibules blanches sont accrochées sous les yeux.

 

 

Cincindèle champêtre (Cicindela campestris) de profil

 

Un dimorphisme est à remarquer entre le mâle et la femelle. Cette dernière est nettement plus grande ! Leur longueur est comprise entre 12 et 16 mm.

Régime alimentaire de Cicindela campestris

La cicindèle champêtre est un petit carnassier qui mange d’autres insectes. C’est un prédateur rapide qui court sur le sol pour attraper ses proies. Ce carnivore se nourrit d’animaux de petite taille (chenilles, larves, mouches, punaises, etc.). Sa larve aussi chasse les insectes à l’affût dans son terrier vertical.

Reproduction

Une fois l’accouplement terminé, la femelle ira pondre ses œufs dans le sable. Commencera alors la vie souterraine de la larve qui logera dans un puits vertical. De cette cachette, elle guettera le passage d’insectes imprudents pour sortir sa tête et s’emparer de la victime. La larve passera l’hiver avant de donner naissance à un charmant carnassier.

Habitat

Cicindela campestris affectionne les milieux ouverts, sableux et chauds. Le sol doit avoir aussi une végétation rase pour lui permettre de repérer ses proies. En forêt de Fontainebleau, les milieux sableux ne manquent pas. Cette espèce trouve un environnement idéal pour chasser et se reproduire.

Période de présence

Quand voir la cicindèle champêtre ? Il possible d’observer ce petit coléoptère vert entre avril et juillet, voir le mois d’août.

Les espèces de cicindèles en France

La France compte 7 espèces du sous-genre Cicindela :

  1. Campestris
  2. Gallica
  3. Hybrida
  4. Maritima
  5. Maroccana
  6. Sylvatica
  7. Sylvicola

Il existe d’autres sous-genres comme Calomera, Cephalota, Cylindera qui font grossir le nombre d’espèces présentes sur le territoire français.

 

8 commentaires

  1. Bonjour Djamal,
    Merci pour cette découverte : je ne connaissais pas la cicindèle du fait sans doute de nos sols caillouteux et fortement argileux. Ce ne sont pas les milieux qu’elle affectionne.
    Plus il y a d’espèces végétales et plus il y a d’espèces animales sur un même territoire, le tout s’équilibre de lui-même et devient plus sain. Pas besoin de produits Montsanto, tout ce petit monde dévore les nuisibles. Certes, le résultat est parfois plus long à obtenir, mais c’est plus respectueux pour l’environnement !
    Bonne semaine, et prends soin de toi !
    Amitiés.
    Brigitte.

  2. Merci pour tous ces renseignements, j’aimerais savoir, si cet insecte est utilisé en lutte biologique.
    Bien amicalement.

    • Ces petits coléoptères rapides vivent dans un biotope précis ce qui suppose que l’activité développé à proximité se prête à cet environnement.
      C’est la première chose ! Sinon, savoir si la cicindèle est utilisée comme agent au service de l’homme, je n’en ai pas connaissance.
      Néanmoins, la présence de ce petit carnassier contribue à l’équilibre du milieu dans lequel il se trouve.
      Donc, si vous en voyez dans un jardin, faites lui une “place” en évitant les pesticides.
      Je vous laisse un lien à consulter en complément.

  3. Bonjour Djamal,

    Superbes photos une fois de plus . Les Cicindèles, j’en ai vu une fois dans les dunes sableuses de l’île d’Oléron.
    C’était sans doute une autre espèce voisine(?)
    En ce temps là l’appareil photo marc!ait à pellicule.
    Mon père ne me laissait pas y toucher connaissant ma maladresse de jeune, mon intérêt pour les insectes … et les grains de sable partout.
    Les trains vont reprendre normalement bientôt à 100% dit-on.
    Je serais heureux de retourner sur le massif de Fontainebleau.

    Merci pour ce bel avant-goût et le texte très intéressant. Bravo!
    Bonne continuation et merci encore pour ton superbe blog que je vois depuis des années.
    Jean

  4. bjr Djamal , bien jolie cette petite cicindella ,comme son nom d’ailleurs! je ne connaissais pas , merci de partager vos connaissances
    CDT

  5. Merci pour cet article.
    j’aimerais bien voir cette cicindèle, et je sais qu’elle ne manque pas dans ma région, mais je n’en ai jamais vue.
    J’espère toujours, bien qu’en raison de mon âge je sors de moins en moins.
    Amitiés.

  6. Catherine Bancelin

    Trop bien, le petit monstre vert.
    J’en ai vu une fois en forêt de Barbeau.
    Elle saute devant les pas, on dirait qu’elle nous précède !
    Ernst Jünger a écrit un beau texte sur la cicindèle dans Chasses subtiles, ses rencontres avec les insectes.
    Cordialement et merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
Rejoignez
les curieux de nature de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
error: Le contenu est protégé !