Accueil | Technique | Photographier les papillons en vol – Trucs et astuces
Photographier les papillons en vol (Tabac d'Espagne)

Photographier les papillons en vol – Trucs et astuces

Comment photographier les papillons en vol ? Vous vous demandez comment réussir ce défi technique. Quelle est la meilleure association de boitier reflex/objectif ou quels réglages adoptés. Quel est le meilleur moment de la journée pour photographier ces insectes en vol ? Je vous livre mes trucs et astuces, simples, mais efficaces pour y arriver.

Quand on débute la photo de papillons, le premier réflexe est d’approcher au plus près des sujets. La netteté et la proximité sont les priorités de la plupart d’entre nous. Ensuite, certains photographes développent leur propre style en essayant des techniques différentes. Ils tournent autour du sujet pour avoir d’autres perspectives de vue. Leur curiosité donne parfois des résultats extraordinaires. Et puis l’équipement évolue rapidement et notre sac photo aussi. Et un jour on se retrouve avec tous les ingrédients pour réussir de belles photos de papillons en vol.

La bonne saison des papillons

Avant de parler technique, je préfère aborder la question du moment de l’année pour commencer vos premières tentatives. Deux saisons sont idéales pour la photographie des imagos, le printemps et l’été. Généralement, dès le mois de mai en Île-de-France, une bonne partie des espèces sont visibles. Mais pour que les conditions soient réunies, les plantes à fleurs et la température nécessaires aux lépidoptères doivent être réunies. Si un des deux est en avance par rapport à l’autre, ou si un est manquant, il sera compliqué d’arriver à ses fins.

 

Donc, pour faire simple, la bonne saison pour observer les rhopalocères se situe entre mi-juin et fin août. Cette période correspond à la fin du printemps jusqu’au milieu de l’été. La raison est que durant ces semaines, les principales fleurs nectarifères (vipérine, cirse, centaurée jacée, serpolet, origan) sont en pleine floraison et que les espèces de papillons sont nombreuses.

 

piéride de la rave (Pieris rapae) en vol au dessus de l'armérie des sables
Piéride de la rave en vol au-dessus de l’Armérie des sables

Pourquoi bien connaître les différents milieux naturels ?

Partir à l’aventure au hasard peut-être exaltant, n’est-ce pas ! Mais je vous conseille de faire des repérages afin d’évaluer les milieux naturels qui vous entourent. En fonction du type de biotope, vous observerez des fleurs sauvages différentes. Notez les espèces si possible. Si vous ne savez pas les identifier, ce n’est pas grave ! Dans ce cas, repérez les fleurs roses, violettes ou bleues, car elles recevront très probablement la visite des papillons. D’autres plantes à fleurs auront probablement la faveur des insectes. Donc, notez la fréquentation des fleurs que vous trouvez.

Ensuite, faites un état de la luminosité qui baigne la zone. Est-ce une lisière qui reçoit la lumière qu’à certaines heures de la journée ? Voilà le type de question à laquelle il faudra s’attaquer pour se mettre dans les meilleures dispositions possible. La réponse vous permettra de planifier vos heures de présence sur le site.

 

Sphinx du chèvrefeuille en vol au dessus de Serpolet en fleur
Sphinx du chèvrefeuille en vol au-dessus de Serpolet en fleur

Connaître les papillons pour réussir

Maintenant que vous avez l’endroit et la période, penchons-nous sur les habitudes de nos chers papillons. Si la France compte un peu plus de 200 espèces de papillons diurnes, le département de la Seine-et-Marne en a un peu plus de 130 espèces. Dans ce nombre, la majorité se nourrit de nectar. Elles visiteront donc les fleurs qui le leur proposent.

Mais l’avantage de connaître les habitudes des espèces de votre région peut vous aider à photographier les papillons en vol. Ainsi, pour progresser dans votre approche sur les lépidoptères, il n’y a que 2 solutions ! La première consiste à observer les habitudes de déplacement d’une fleur à l’autre. En votre présence, fait-il une ligne droite d’une inflorescence à l’autre ou contourne-t-il la plante pour éviter de passer trop près ? Passe-t-il du temps sur une seule fleur ou les enchaine-t-il rapidement, vous laissant que quelques secondes ? Et puis, accepte-t-il une certaine proximité ou est-il craintif ? Tous ces aspects sont à prendre en considération lors de votre approche.

D’autres part, lorsque vous avez votre sujet en vue, vérifier que vous ne projetterez pas d’ombre portée sur la plante pour ne pas voir décoller votre papillon. Prenez l’habitude d’approcher lentement, accroupie si possible en faisant le plus attention possible. Certaines espèces comme le Sphinx du chèvrefeuille acceptent facilement le photographe lorsqu’il se nourrit devant une fleur en vol stationnaire. D’autres comme les Colias (voir la photo tout en bas) déguerpissent à la moindre présence.

En fait, pourquoi je vous parle de connaissance des papillons ? Parce qu’une fois l’approche réussie, le défi technique, autrement dit l’étape suivante consistera à photographier le papillon en vol. Eh, oui, avant de le photographier en vol, la plupart des papillons seront occupés à se nourrir et c’est lorsqu’ils passeront d’une fleur à l’autre que vous tenterez votre chance. C’est là que les trucs et astuces de réglages interviendront…

 

Machaon en vol (Papilio machaon) - Comment photographier les papillons en vol ?
Machaon en vol (Papilio machaon)

Quel est le bon moment de la journée ?

Pour avoir une belle lumière, avec des effets dus à la rosée, le matin c’est l’idéal ! Mais les papillons seront posés (inactifs) attendant le soleil et la chaleur, donc on peut éliminer le matin de bonne heure pour ce type d’exercice. Personnellement, je sors entre 14 h 30 et 17 h les journées ensoleillées. La lumière forte génère une forte activité de pas mal d’espèces comme les piérides, les nymphalidés, les sphinx, les hespéridées, les argus. Ce qui donne autant d’occasions de réaliser vos premières photos de papillons en vol.

Alors, certes, la lumière sera dure, mais c’est le prix pour maximiser vos chances de réussites. Et puis avec les bons réglages et la bonne pratique, vous aurez du résultat.

LE SAVIEZ-VOUS ? Au mois de juin, les fleurs de ronciers en forêt attirent quantité d’insectes, dont les papillons.

 

citron en vol (Gonepteryx rhamni)
Citron en vol (Gonepteryx rhamni) Exifs : 1/6400, F5.0, 400 iso, priorité à l’ouverture, téléobjectif Canon 300 mm

Trucs et astuces pour photographier les papillons en vol

Dans la photographie de papillons en vol, on ne peut pas compter sur le suivi de l’autofocus pour réaliser des photos. La rapidité de ces insectes et leur petite taille ne permettent pas au capteur de l’APN ou du reflex une mise au point parfaite. D’ailleurs, j’en profite pour dire que les trajectoires aléatoires des papillons sont telles, que dans certains cas, il est préférable de désactiver l’autofocus pour faire une mise au point manuelle. Et c’est là, une des clés techniques pour réussir ses photos ! Bon, comme tout, il y a des exceptions dont je vous parlerais juste après.

Donc, une des premières astuces est de pouvoir désactiver l’autofocus. Pourquoi ? En faisant la mise au point manuel, on détermine la zone de netteté que le papillon pourrait traverser avec la garantie que l’automatisme de mise au point ne cherchera pas à faire le point sur l’arrière-plan.

Où doit se situer cette fameuse zone de netteté ?

Lorsque l’imago butine sur une vipérine par exemple, une fois la prise de nectar terminée, il visitera la plupart des autres fleurs de la plante. En suivant ses déplacements (sa direction) de fleur en fleur, vous aurez une petite idée du prochain déplacement. Donc, il y a une part d’observation, une part de subjectivité et une dernière d’anticipation. Le truc est de régler la zone de netteté à l’avance. Ainsi, vous aurez probablement l’opportunité de saisir le papillon en vol. Une fois sur place, prêt pour la photo, pensez à reculer d’un pas pour embrasser une plus large surface de fleurs. Les appareils photo modernes ont des capteurs suffisamment définis pour permettre un recadrage. L’avantage est que vous aurez tout simplement plus de chance que l’insecte soit dans le cadre.

Je reviens maintenant sur l’exception que j’évoquais plus haut. Avec les sphinx, on peut conserver la mise au point automatique soit en « One-Shot », soit en « AI-Focus » (chez Canon). Cette famille de papillons butine en vol stationnaire devant la fleur ce qui permet l’usage des automatismes. Pour information, « One-Shot » désigne une mise au point qui restera en position une fois le sujet trouvé, même si on bouge, alors que pour « AI-Focus » la mise au point est continue avec le risque de saisir l’arrière-plan au lieu du sujet. Ce qui ne vous empêche pas de tester les 3 modes évoquées pour évaluer lequel donne les meilleurs résultats.

 

Tabac d'espagne en vol (Argynnis paphia) sur des Arméries des sables
Tabac d’Espagne en vol (Argynnis paphia) sur des Arméries des sables

Réglage de la vitesse et de la sensibilité (ISO)

Pour une photo nette de papillon en vol, il faut une vitesse d’obturation élevée ! Donc, cela suppose d’avoir un boitier photo proposant des sensibilités élevées tout en conservant une bonne qualité d’image. En pleine lumière, des sensibilités comprises entre 400 et 800 iso sont susceptibles de faire des miracles.

Par exemple voici les exifs de la photo du Tabac d’Espagne ci-dessus (1/6400, F5.6, 800 iso, priorité à l’ouverture, objectif Macro Canon 100 mm). Pour la photo ci-dessous des 4 Colias (photo non trafiquée) les exifs sont les suivants (1/4000, F4.0, 500 iso, priorité à l’ouverture, même objectif).

Si vous pouvez déclencher une rafale, vos chances augmenteront. Le déplacement du moindre papillon est très rapide. Entre le moment où le voyez bouger et celui ou vous appuyez sur le déclencheur, il aura déjà parcouru 30 à 40 cm. Alors, anticipez, tentez et restez concentré pour réussir ce défi technique de photographier les papillons en vol.

 

Colias en vol - Comment photographier les papillons en vol ?
Colias en vol – Comment photographier les papillons en vol ?

 

Mise en application

Vous avez maintenant une base pour découvrir cette facette de la photo animalière. Si vous êtes un peu juste ou que vous commencez à découvrir les papillons, je vous invite à vous inscrire à ma Newsletter pour développer vos connaissances des espèces. Pour obtenir quelques conseils sur l’aspect choix du matériel, je vous invite à lire cet article « matériel pour photographier les papillons ».

Juqu’à mi-septembre, vous pourrez vous exercer et améliorer votre technique. Celle que je vous ai présentée est simple et ne nécessite pas de complication, juste de la patience et de bons repérages.

Voilà, maintenant à vous de jouer !

8 commentaires
  1. Merci beaucoup pour cet article, je vais essayer à ce genre de photos donc il est très utile. Toujours très intéressant. Merci à vous

  2. Très intéressant article sur la photographie des papillons.
    Merci Djamal pour ce superbe article et les photos qui l”accompagne.
    Ce n’est, certes, pas toujours facile de photographier certains papillons qui volent sans vraiment se poser sur la fleur !
    Aussi la technique des réglages nous est très précieuse.

    Très bonne semaine.

    DOMINIQUE

  3. Bonjour Djamal,
    Merci pour ta page remarquable sur ” comment photographier les papillons !”
    A condition d’avoir une ou plusieurs carte(s) mémoire conséquente(s), 16 GB au moins, est-il possible de faire des mini films, de séquencer ces films pour ne garder que la meilleur image du film ? Faut-il du matériel ou logiciel spécifique(s) pour réaliser cela ? As-tu déjà tenté l’expérience ? Quel résultat en attendre ?
    Félicitations pour certaines photos de papillons, et pour ton écriture très agréable !
    Bonne chasse photographique, dans ton fief favori ou ailleurs…
    Amicalement.
    Brigitte.

  4. Merci Sylvie de partager votre appréciation.

  5. Heureux que cela vous ouvre des perspectives Dominique !

  6. Bonjour Brigitte,
    Je n’ai jamais testé l’extraction d’image d’un film.
    Étant donné le format des films HD en standard et 4K aujourd’hui), je crois que la qualité finale sera nettement moins bonne qu’avec un appareil photo en mode prise de vues.
    Enfin, si quelqu’un l’a déjà fait, je serais curieux de voir le résultat.
    Au plaisir de te lire et merci pour ton commentaire.
    Djamal

  7. ce sont des photos des papillons de la forêt de Fontainebleau?

  8. Oui Fiona, 100% made in Fontainebleau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RÉDUCTION DE 10% JUSQU'AU 31 JUILLET 2018
SUR LES EBOOKS*

Code Promo - 10POURCENT
* Nymphalidés de Fontainebleau et Papillons de l'Hérault
close-link
error: Content is protected !!