Tarin des aulnes (Carduelis spinus)

Tarin des aulnes (Carduelis spinus) l’oiseau de l’hiver

Parmi les petits fringillidés nous rendant annuellement visite, se trouvent le tarin des aulnes (Carduelis spinus). Souvent, les bandes hibernantes fréquentent les peuplements d’aulnes ou de bouleaux. Ce petit oiseau jaune et vert est observable régulièrement dans les mangeoires des jardins. Découvrons ensemble ce passereau mangeur de graines.

Description

Le plumage présente un dimorphisme sexuel, ce qui veut dire que mâle et femelle ont des teintes différentes. Celui du mâle est plus vif ! Il se distingue par une bavette et une calotte noire. Le plumage des joues, du cou et du poitrail est jaune tirant légèrement sur le vert. Le dos et les ailes sont un peu plus foncés avec 2 barres noires. Le bas du ventre est clair avec des stries.

Tarin des aulnes mâle (Carduelis spinus)
Tarin des aulnes mâle

La femelle est dépourvue de couleurs claquantes. Son plumage est gris avec quelques zones jaune pâle comme les joues, les ailes et la queue. Son poitrail et le bas du ventre sont blancs avec des stries. Les 2 sexes ont un bec conique typique de leur type d’alimentation. Ils mesurent environ 12 cm pour un poids de 10 à 14 grammes.

 

Habitat

Le tarin des aulnes n’est pas un oiseau sédentaire en forêt de Fontainebleau. Étant un migrateur partiel, Il fait partie de ces visiteurs hivernaux. Ainsi, en période de reproduction, il est présent en montagne au niveau des résineux. En dehors de cette période, lorsqu’il redescend en plaine, il est fréquent d’entendre ces petits fringillidés et d’autres s’agiter dans les aulnes (en milieux humides) à la recherche de graines. Ils deviennent à ce moment erratiques.

Tarin des aulnes femelle (Carduelis spinus)
Femelle dégustant les graines de l’aulne

 

Leur préférence de biotope dans ces conditions est la présence des aulnes, des bouleaux qui leur offrent les conditions de survies. À l’occasion, ils passent dans les jardins lors d’hivers rigoureux à la recherche de graines de tournesol dont ils sont friands.

Mode d’alimentation

Le bec robuste permet l’extraction des graines des espèces d’arbres feuillus mentionnés précédemment. Durant leurs déplacements, le mode d’alimentation est exclusivement granivore. Alors qu’en période de reproduction, outre les graines, Carduelis spinus consomme la semence d’herbacées, des jeunes pousses, des petites baies ainsi que des petits insectes qui serviront d’apport nutritif aux poussins.

Découvrez en vidéo ce petit oiseau au jardin au milieu de verdiers et pinsons du nord. Vous remarquerez sa petite taille.

Reproduction

Vers le mois de mars, les groupes de tarins quittent les régions d’hivernage pour rejoindre les aires de nidification. Les couples bâtissent leur nid en bout de branche sur un conifère assez haut. Ce fringillidé pondra entre 3 et 6 œufs qui seront couvés une petite dizaine de jours. Le nourrissage des poussins se fera durant 2 semaines à l’aide de petits insectes, tels que des pucerons et autres petites bestioles adaptées aux petits becs des juvéniles.

Période de présence en Ile de France

Généralement, les bandes de passereaux font volontiers des incursions en forêt de Fontainebleau durant les mois froids allant de fin octobre à mars. L’idée pour les observer et de repérer les aulnes à l’avance pour cibler les visites.

Chant et cri du tarin des aulnes

Son chant est une suite de doux gazouillis ponctué. Il n’est pas très puissant et peut passer inaperçu au milieu d’oiseaux du milieu forestier. Pour illustrer, ce chant je vous partage l’enregistrement audio de la chaine Ornithologie sur YouTube.

 

3 commentaires

  1. bjr Djamal
    Je ne sais pas vous, mais moi ça me fend le coeur tous ces pioupious invisibles dans nos jardins ,maintenant.
    Réchauffement climatique, absence de froidure, je n’ai plus que des moineaux et des tourterelles qui viennent se nourrir, heureusement , il nous reste de belles vidéos .
    Amitiés

  2. Gabrielle Huegli-Jobin

    Qu’elle belle surprise! Ce petit oiseau plein de soleil pour égayer ce triste jour de pluie. Je l’avais déjà aperçu au Bord du ruisseau dans les bouleaux ce printemps. Qu’elle chance vous avez d’avoir tant de jolis habitants dans votre jardin. Bonne journée.

  3. Merci pour ce joli reportage.

    Je connais cet oiseau qui est venu dans mes balconnières grâce à des bouleaux que j’ai dans mes pelouses.

    Le mâle est galant en supportant les femelles autour de lui, picorant les graines de tournesol autour de lui.
    Par contre dès qu’un mâle essaie d’en faire autant, monsieur gonfle sa poitrine bec ouvert et menaçant afin que l’intrus s’envole. Non mais !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !