Fauvette des jardins (Sylvia borin)

Fauvette des jardins (Sylvia borin) l’invisible des buissons

Connaissez-vous ce petit passereau migrateur de la famille des Sylviidae appelé la fauvette des Jardins (Sylvia borin) ? Peut-être que son nom vous dit quelque chose. Mais avez-vous déjà entendu son chant ? L’avez-vous observé une fois ? Voilà ce qui fait de cet oiseau, un inconnu du grand public en forêt de Fontainebleau. Sa discrétion et son mode de vie sont propices à son « invisibilité » ! Mais voyons à quoi il ressemble.

Description

Comment décrire cette espèce qui ressemble à bien d’autres tant son plumage est sans distinction, que mâles et femelles sont semblables ? Pour commencer, parlons des dimensions de ces derniers. Les adultes mesurent environ 14 cm de long pour une envergure de 22 cm. Le dessus du plumage est marron beige plus ou moins marqué. Le ventre et la gorge sont blanchâtres. L’ensemble du plumage ne présente pas de contraste marqué entre la zone supérieure et inférieure. Le bec est est long et légèrement effilé, caractéristique de l’insectivore.

Fauvette des jardins (Sylvia borin) - Oiseau de la forêt de Fontainebleau

 

Les juvéniles se distinguent par une partie plus pâle sur le dessus du corps et par un plumage ventral plus coloré. Il faut soit avoir le coup d’œil, soit une bonne oreille d’ornithologue pour identifier la fauvette des jardins. Il est facile de la confondre (visuellement) avec le rossignol philomèle ou la fauvette grisette.

Habitat

Le nom de l’oiseau est trompeur, car la plupart du temps, ce ne sont pas les jardins qui seront choisis, mais bien des milieux semi-ouverts qui alternent buissons denses et zones dégagées. D’ailleurs, là où je l’ai photographié, il y avait un gros roncier juste à côté. C’est son chant qui m’a guidé vers cet endroit !

 

La littérature dit qu’elle préfère les secteurs boisés et dégradés pour nicher. Seuls les grands parcs offrant ce biotope peuvent accueillir les couples. Toutefois, la nature étant toujours surprenante et l’homme pas toujours au fait de celle-ci, j’imagine que certains d’entre vous ont peut-être accueilli ces oiseaux dans leur jardin.

Régime alimentaire

Les insectes sont principalement recherchés comme nourriture de base une fois arrivée sur son lieu de reproduction. Étant donné les biotopes fréquentés, elles cherchent des petits insectes allant du puceron aux tipules (Tipula paludosa). Bien sûr, les larves de toutes sortes seront appréciées, notamment les chenilles de papillons. En marge d’un régime alimentaire insectivore, ce passereau migrateur ne dédaigne pas les fruits murs (mures sauvages, baies, figues, etc.).

Fauvette des jardins (Sylvia borin) passereau migrateur de France

Date d’arrivée

Selon les années, les premiers individus arrivent en forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne, Île-de-France) entre la mi-avril et mai. Plus au nord en Europe, les arrivées sont plus tardives. Une fois mâle et femelle arrivée sur leur zone de reproduction, les premiers chants territoriaux commencent. C’est à cette période que les indices de présences sont plus forts ! Lorsque débute la nidification, les oiseaux se font plus discrets.

Reproduction

Le nid est composé d’herbes et de mousses soigneusement tressés au cœur d’un buisson touffu. Le femelle y dépose 3 à 5 œufs blancs tachetés de brun. La couvaison dure une dizaine de jours. Puis débute, le nourrissage des poussins. Les petits naissent aveugles et sans plumes. Ils dépendent de leurs parents pour se réchauffer. Le nourrissage dure environ 2 à 3 semaines, incluant le suivi des oisillons à la sortie du nid.

Chant de la fauvette des jardins

Un peu similaire à celui de la fauvette à tête noire, son chant offre un gazouillis doux et mélodieux. Capable d’imitation d’espèces voisines, la plupart du temps elle récitera son propre répertoire. D’ailleurs, c’est grâce à ses vocalises qu’il est possible de détecter sa présence au printemps. Voici un extrait audio des ses vocalises.

 

 

6 commentaires

  1. bon retour parmi nous Djamal , un si petit oiseau avec autant de voix !!!!!!! superbes , ces vocalises, pas certaine que je les reconnaitrais dans la nature! merci de nous faire partager vos aventures
    Amitiés

  2. J’ai souvent entendu ce chant en me promenant. Merci! Maintenant je sais à qui il appartient. Dans l’enregistrement annexé, y a-t-il aussi le cri d’alarme intercalé entre deux phrases mélodiques??

  3. Bonjour Djamal.
    Le chant des oiseaux est une nécessité pour notre équilibre. Habitant en Margeride près d’une fontaine je suis réveillée tous les matins, vers 3 heures par le chant des oiseaux et je suis ravie de commencer la journée avec ce joyeux concert! J’y suis d’autant plus attentive que je suis sourde et que sans appareil auditif ce serait le néant total!
    Il est certain que des blogs comme le vôtre sont autant d’incitations à observer et écouter la nature et j’ai tant besoin de me ressourcer à travers ses merveilles.
    Merci de votre généreuse contribution, et surtout prenez bien soin de vous.
    Bien amicalement.
    Nicole.

  4. Merci Djamal ! Toujours aussi intéressant. Pas évident de différencier ces fauvettes. Amitiés. Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !