Bruant proyer (Emberiza calandra) dans un champ de colza en fleurs

Bruant proyer (Emberiza calandra)

Dans les plaines cultivées et buissonneuses se cache un passereau de la famille des Emberizidae. Il s’agit du bruant proyer (Emberiza calandra). Son plumage et son habitat lui permettent de vivre une certaine tranquillité. C’est aux lisières de la forêt de Fontainebleau qu’il est possible d’observer cette espèce d’oiseau.

Description

Son plumage a 3 ou 4 couleurs distinctes. La poitrine et le cou sont blancs striés de marron avec une marque plus prononcée sur le milieu du torse. Le dos, les ailes, la tête et les joues affichent une teinte brun clair à foncé avec les bordures de plumes claires. Les yeux sont noirs. Le bec jaune comporte une mandibule inférieure plus épaisse que la supérieure. La forme de la tête est relativement plate. La couleur des pattes oscille entre l’orange et le jaune.

 

Les adultes mesurent 19 cm pour une envergure moyenne de 29 cm. Tant le mâle que la femelle présentent un plumage similaire. L’extrémité de la queue forme un V à l’envers. La morphologie générale est celle d’un oiseau robuste.

Habitat

Le bruant proyer fréquente les milieux alternés de buissons et de plaines cultivées ou en jachères. Il préfère les lisières ou les zones de transition entre différents types de paysages, ce qui explique sa présence autour de la forêt de Fontainebleau plutôt qu’à l’intérieur. Il aime se poster au sommet d’arbuste ou de buissons pour lancer son chant caractéristique au printemps. Ainsi, il est principalement observé dans les milieux ruraux proches des zones bocagères. On le croise parfois sur les clôtures des autoroutes traversant des cultures.

Notons qu’Emberiza calandra est sédentaire en Europe de l’Ouest. Son plumage mimétique le rend presque indétectable en compagnie de groupes de passereaux qui se déplacent à la recherche de nourriture. En effet, si un froid durable s’installe, il peut y avoir des mouvements erratiques vers le sud, en direction de la méditerranée. Cette migration partielle permet aux oiseaux de s’assurer une continuité alimentaire.

En Île-de-France, les populations de bruant proyer se trouvent surtout en bordure externe des départements de Seine-et-Marne, d’Essonne et des Yvelines. Ailleurs, en fonctions des habitats disponibles les couples nicheurs s’installent.

Régime alimentaire

Son bec court et robuste suggère un régime alimentaire granivore, mais pas seulement. Effectivement, les adultes se nourrissent de baies, de fruits, de graines sauvages ou céréalières, mais aussi d’insectes en tout genre. Lors de la période de reproduction, les parents capturent des insectes comme protéine pour nourrir les oisillons afin d’accélérer leur croissance.

Reproduction

En région parisienne, les chants nuptiaux des mâles commencent selon les années à la fin avril ou en mai. Ils défendent leur territoire contre tout rival qui ose y pénétrer. Une fois les accouplements effectués, la femelle pondra de 4 à 6 œufs blanc crème tachetés de motifs foncés. Les strates basses de la végétation servent de protection pour la confection du nid. Une zone herbacée peut aussi servir à la confection très près du sol. La femelle couve une dizaine de jours (en moyenne 11 à 13 jours). Le mâle se charge du nourrissage des poussins si une seconde couvée a été lancée. Sinon, le couple s’affaire à alimenter les jeunes.

Un commentaire

  1. Bonjour Monsieur Bruant,
    Enchanté d’avoir fait votre connaissance
    Vous êtes superbe !
    Et merci à Djamal de vous avoir mis en lumière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !