Accueil | Oiseaux | Bouvreuil Pivoine – Mâle / Femelle – L’oiseau trompettant
Bouvreuil pivoine - fringilidé

Bouvreuil Pivoine – Mâle / Femelle – L’oiseau trompettant

De tous les passereaux que j’ai observés en Île-de-France, le bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) fait partie de ceux que je vois le moins souvent. Son plumage éclatant fait de ce fringillidé un oiseau admiré. Mais celui qui m’a le plus étonné est le bouvreuil trompettant ! Mais avant de vous dire pourquoi, laissez-moi vous décrire ce granivore.

Différences entre le mâle et la femelle

Le plumage du bouvreuil mâle diffère de celui de la femelle. Avant d’aborder les différences entre les 2 sexes, voyons les points communs. Mâle et femelle ont un bec conique et court de couleur noir. Une calotte noire orne leur tête. L’aspect global montre un oiseau rond et trapu, sans cou.

 

 

Quelles sont les différences qui sautent aux yeux ?

 

Bouvreuil pivoine - mâle et femelle
Bouvreuil pivoine – mâle et femelle

Tout d’abord le bouvreuil pivoine mâle arbore une poitrine et des joues rouges rosées du style incarnat. Le dos et le haut des ailes sont gris. Le bas est noir avec une barre alaire blanche. Le croupion est blanc. Chez le bouvreuil femelle, les joues et la poitrine sont ternes dans une teinte gris brun voir gris rose. Le gris des ailes est plus pâle pour elle.

Alimentation

Le bec épais et court suggère un régime granivore. La nourriture de ce fringillidé est composée de bourgeons, de graines qu’il va chercher sur les arbres qui en produisent, de baies. En période de reproduction, il complémente son alimentation d’insectes. Les graines d’arbres qu’ils consomment sont notamment le bouleau, le hêtre, le charme. Ils ne dédaignent pas non plus les bourgeons d’arbres fruitiers. Au printemps, dans les secteurs propices à sa présence, il n’est pas rare de voir un couple de bouvreuils pivoine dans le jardin s’affairer sur les branches d’un cerisier en fleurs.

 

Bouvreuil pivoine mâle plumage nuptiale (Pyrrhula pyrrhula) - photo
Bouvreuil pivoine mâle plumage nuptiale

Quels milieux fréquente Pyrrhula pyrrhula ?

Le type d’habitat du bouvreuil pivoine est composé de bois sombres, indifféremment plantés de feuillus ou de conifères. Il fait partie des oiseaux forestiers (milieux fermés).

Chant du bouvreuil pivoine

Ce passereau timide a un chant doux et mélancolique. Le ramage de Pyrrhula pyrrhula n’égale pas son plumage. Et c’est tant mieux, car il permet une certaine discrétion.

 

 

Statut de l’espèce en Île-de-France

Depuis 2009, le bouvreuil pivoine est considéré en déclin et a justifié son inscription en liste rouge. Une régression de plus de 60 % est enregistrée depuis 1989. La collecte de données d’observations précises est compliquée. Il se peut donc que cet état de l’espèce soit encore plus fragile. Apparemment, les principales populations se situeraient dans l’Ouest parisien. Est-ce dû au manque de prospection ou un manque d’habitats favorables.

Le bouvreuil trompettant ou trompetteur

De quoi parle-t-on en évoquant le bouvreuil trompettant ? Il ne s’agit pas de l’espèce d’Europe de l’ouest qui réside dans notre pays, mais d’une sous-espèce venu des régions nordiques et du grand Est dans le cadre d’une migration hivernale partielle. L’oiseau est plus costaud avec quelques différences morphologiques. Pas évident à discerner lors d’une observation en pleine nature, ce qui va le différencier est son chant. D’ailleurs, laissez-moi vous raconter comment j’ai découvert l’existence du trompetteur.

Un hiver très froid, en me promenant en bord de Seine, j’ai entendu une sorte de cri qui ne ressemblait pas à ce que je connaissais. En m’approchant de la lisière du bois, j’ai aperçu un bouvreuil tompettant mâle qui poussait des cris bizarres. Mes recherches m’ont conduit donc au passereau évoqué dans le sous-titre.

Pour découvrir le chant du bouvreuil trompettant, voici un lien sur le site Faune Yonne.

 

 

Crédits photos : Pixabay
6 commentaires
  1. Je vous envie de pouvoir en voir !
    Mais, je ne désespère pas de revoir un bouvreuil en cherchant un peu.
    merci pour votre partage

  2. Je crois que c’est une situation qui dépasse largement les limites de la France et même de l’Europe.
    Le jour où l’homme se rendra compte de l’utilité de la nature n’est pas encore venu, malheureusement…

  3. Alors j’ai de la chance. Pas loin de Milly, tous les ans, j’en ai quelques uns, mâle et femelle.
    Le problème est que l’hiver, les mésanges leur interdisent l’approche des graines et gras que je distribue et ils ne se défendent pas.
    Merci Djamal, comme d’habitude, super.

  4. Quelle tristesse, cette vitesse à laquelle les oiseaux disparaissent! Espérons que l’espèce peut s’en remettre…

  5. Oui, c’est bien le triste constat actuel !

  6. Un mâle vu à Milly la Forêt il y a qq années. Depuis rien malgré les recherches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!