Thècle du bouleau (Thecla betulae)

Thècle du bouleau (Thecla betulae)

La thècle du bouleau (Thecla betulae) est un papillon atypique dans la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Theclinae. En effet, sa taille, ses coloris orange, sa relative rareté en forêt de Fontainebleau et sa période de vol donnent plus de valeur à sa découverte. Voyons comment et pourquoi cet insecte se distingue de ses autres membres.

Description

Les imagos ont une envergure comprise entre 32 et 38 mm en moyenne. Ces dimensions font d’eux les plus grands des Lycènes d’Île-de-France. Le mâle et la femelle ne se ressemblent pas lorsqu’ils ont les ailes ouvertes. Sur la photo ci-dessous, vous remarquerez la bande orange en forme de croissant sur le haut des ailes, caractéristique de la femelle. Pour une fois, le mâle est moins coloré puisqu’il est marron brun sans cette bande. Un détail qui fait le charme des imagos concerne la petite queue (petite pointe) qu’ils portent avec charme lors de leur première apparition.

Thècle du bouleau femelle (Thecla betulae) : Auteur - Hectonichus Wikimedia Commons
Femelle

La face externe des ailes reste une référence pour l’identification de l’espèce. La teinte orangé un peu plus foncé chez la femelle permet de distinguer les 2 sexes. Sinon, ils arborent deux lignes blanches bordées de noires. L’observer posé reste que le moyen le plus sûr pour identifier la thècle du bouleau.

 

Thècle du bouleau (Thecla betulae)

Habitat

L’habitat de Thecla betulae comporte des zones semi-ouvertes comme des haies et des lisières buissonnantes. Parfois, on le trouve aussi dans des vergers ou les jardins. Sa mobilité l’amène à parcourir des kilomètres à la recherche des plantes hôtes ou de partenaires d’accouplement.

Plantes hôtes

Bizarrement, le nom du papillon est trompeur ! En effet, au moment de déposer ses oeufs, les femelles recherchent non pas les bouleaux, mais les espèces suivantes :

  • Prunellier ou l’épine noire (Prunus spinosa)
  • Prunier domestique (Prunus domestica)
  • Cerisier à grappes (Prunus padus)
  • Abricotier (Prunus armeniaca)

En milieu naturel, les supports choisis pour la ponte sont souvent de jeunes plants qui pourront proposer à la chenille des bourgeons et des feuilles tendres à grignoter.

Période de vol

La thècle du bouleau est le papillon qui a la période de vol la plus tardive au regard de toutes les autres espèces. Le plus gros des observations a lieu en août et en septembre. Dis comme cela, cela peut porter à confusion. En fait, il y a très peu d’observateurs à cette période de l’année. Du coup, comme l’espèce a des moeurs arboricoles, il est compliqué d’avoir une idée précise de leur abondance. La plupart des documents que j’ai consultés disent qu’il est localisé et que pour le voir, c’est le matin ou en fin d’après-midi. En ce qui me concerne, je ne l’ai vu qu’une seule fois dans mon jardin en 2012. Sachez qu’au moment où je rédige cet article, 5 observations ont été faites en région parisienne cette année 2022 !

Enfin, les mâles émergent avant les femelles ce qui occasionne la défense de territoire que chaque imago s’attribue. Sur son poste de guet sur les feuilles exposées au soleil, les individus ouvrent leurs ailes pour se chauffer.

Habitude et comportement

Pour se nourrir, les mâles butinent les ombellifères, les ronces et les yèbles. Les femelles aiment profiter des fruits de la fin de l’été comme les mûres notamment.

 

7 commentaires

  1. Gabrielle Huegli-Jobin

    Bonsoir Djamal, j’en ai observé dans mon jardin il y a 3 semaines environs. Je ne sais pas si sous notre latitude, ici en Suisse, son apparition est plus tôt dans la saison.
    Chez nous,c’est la première année où j’ai observé autant de sortes de papillons.
    C’est peut-être aussi dû à la variétés de plantes hôtes que j’ai fais pousser dans le jardin (ou bien s’est dû au bouddleia qui a poussé tout seul).
    En attendant,je me réjouis de les observer car, ils sont souvent bien difficile à les photographier.

  2. Merci,votre collection s’agrandit.
    je me réfère régulièrement à votre livre sur les papillons.
    Bien cordialement.
    Annie Marguerite.

    • J’avais à coeur de terminer la famille des Lycènes que j’avais commencé il y a un moment déjà.
      Maintenant, c’est fait !
      D’ailleurs, je prépare un nouveau livre sur cette famille pour en parler…
      Cdlt

  3. merci Djamal ; je n’ai jamais vu de thècle et j’aimerais tant en voir…
    j’ai peut-être encore une petite chance…

    • Oui, le mois de septembre est encore propice à l’observation de cette espèce !
      J’espère pour vous qu’il se montrera.

    • Bonjour Djamal,
      Merci, j’ai repéré le dessin des ailes pour identifier le Thècle à coup sûr, grâce à tes articles, s’il reste immobile.
      Avec deux abricotiers, j’ai pu voir le Thècle du bouleau dans le jardin, sans doute plus tôt !
      Bonne continuation.
      Cordialement.
      Brigitte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !