Petit Capricorne (Cerambyx scopolii) - Scarabée noir

Petit Capricorne (Cerambyx scopolii) – Longicorne noir

Le Petit Capricorne (Cerambyx scopolii) est l’un des grands coléoptères de la forêt de Fontainebleau. Il appartient à la famille des Cerambycidae qui dépendent de vieux arbres pour subsister. Le massif forestier de Seine et Marne abrite ces insectes noirs aux grandes antennes. Voyons un peu son écologie, son habitat et son aspect.

Comment reconnaître le Petit Capricorne ?

Le corps longiligne et noir se termine par 2 antennes de 9 segments de grande taille. En effet, elles peuvent être aussi longues que l’insecte lui-même. À ce titre, les antennes du mâle sont au moins une fois et demie plus longues que son corps. C’est le premier aspect du dimorphisme existant entre le mâle et la femelle. Leurs extrémités sont claires.  Ensuite, cette dernière est plus imposante, mais possède des antennes plus courtes qui dépassent peu ou pas le bout de son abdomen.

 

Petit Capricorne (Cerambyx scopolii) de la forêt de Fontainebleau

 

La longueur du corps est comprise entre 25 à 35 mm sans les antennes. La carapace est noire. Le bord des élytres est parallèle ce qui le distingue de son cousin le Grand Capricorne. À part cette particularité morphologique, l’ensemble des membres, les yeux, les antennes sont noir brillant. Le pronotum (le thorax) est granuleux tout comme les élytres. L’apex (le bout de l’abdomen) est noir.

Biotope

On le voit en forêt de Fontainebleau assez souvent pour peu que l’on se promène près de vieux peuplements d’arbres. Son cycle complet se déroule autour de vieux chênes. Il fréquente les lisières et clairières pour se nourrir, car ce sont des lieux lumineux qui favorisent la pousse des plantes dont il a besoin.

Alimentation

Contrairement à sa larve, l’insecte adulte se nourrit de pollen et de la sève d’arbres. Pour cette dernière, il s’agit de la sève résultant des plaies des arbres. Les plantes fréquentées sont les ombellifères, le sureau, l’aubépine, le troène. Dans tous ces cas, vous noterez qu’il s’agit la plupart du temps de fleurs blanches.

Période de présence

En Seine et Marne (Ile de France), le Petit Capricorne est actif de mai à juillet. Les photos de cet article ont été prises en mai.

 

Petit Capricorne (Cerambyx scopolii) - Longicorne noir

Comportement

Ce grand Cerambycidae est diurne et donc s’active en journée dans sa recherche de nourriture. On le voit se déplacer en volant. Il n’est donc pas trop difficile de le repérer grâce à sa grande taille. Ce scarabée noir est inoffensif et ne présente pas de danger pour l’homme.

Reproduction

La femelle du Petit Capricorne recherche différentes essences d’arbres feuillus pour pondre ses œufs. Différentes espèces sont concernées comme le chêne, le hêtre, le bouleau, le peuplier, le saule et les vieux arbres fruitiers. Ces arbres sont ceux que l’on trouve facilement sur Fontainebleau et sur la périphérie du massif avec les jardins et vergers.

Les œufs sont pondus sous l’écorce, car la femelle ne dispose pas d’organe permettant de les introduire plus profondément dans le bois.

Les larves de cette espèce sont xylophages. Elles consomment notamment l’aubier, partie blanche entre l’écorce et le vieux bois. Elles se développent pendant 2 ans. La larve se nymphose en automne, mais l’adulte reste confiné dans sa loge jusqu’au printemps prochain.

Le Capricorne et la maison

Quand on évoque le Capricorne, il nous vient à l’esprit les charpentes des maisons et les dégâts que certaines espèces peuvent causer aux structures en bois. Sachez que cela ne concerne pas l’espèce décrite dans cet article, mais le Capricorne des maisons (Hylotrupes bajulus) qui est plus petit et qui attaque le bois des habitations.

 

 

6 commentaires

  1. Bonsoir nous habitons en drome et c est la première fois que nous voyons cet insecte. Il c est réfugié dans le jasmin que nous avons placé dans une jardinière. Merci pour tous vos commentaires. Profitons de se que nous offre la nature. Bonne soirée à tous.

  2. Bonjour Djamal !
    Merci pour tes commentaires sur cet insecte souvent confondu avec le capricorne des maisons qui fait tant de ravages ! Superbes photos notamment la macro, la troisième image
    J’en ai vu autour des feuillus de la région, dès que l’arbre est moribond. Chez mon père à Bandol, il y en avait dans le lilas blanc à fleurs doubles avec du très vieux bois mort très dur à couper, planté au pied de l’amandier qui lui inondait de sève toute la zone. Je pense qu’ils avaient là le gite et le couvert.
    Bonne semaine et surtout prends soin de toi.
    Amicalement.
    Brigitte.

  3. Gabrielle Huegli-Jobin

    Bonsoir Djamal, Merci pour le joli capricorne, Je n’en ai jamais vu. Nous allons bien, et les promenades sont toujours permises autour de chez nous. J’ai refait la ballade aux orchidées déjà faite l’an passé. J’ai été très peinée de voir que la voirie n’a pas pris garde en fauchant le bord du fossé. Tout un champ d’orchidées “dite Nid d’oiseau” à été fauché. Un vrai désastre, j’espère qu’elles reviendrons l’an prochain. j’irai mettre un panneau d’avertissement. J’ai revu le Machaon tourniquer dans le jardin, alors je lui ai donné accès à mes plans de fenouil J’espère que tout va bien chez vous et que bientôt vous pourrez ressortir faire de belles balades. Bonne soirée .Gabrielle

  4. Bsr Djamal, Ouais ,pas vraiment le genre d’insectes attirant ,mais il a sûrement son utilité

  5. Super ! Je rencontre aussi des capricornes l’été dans mon jardin fleuri en lisière de la forêt de Fontainebleau. J’ai encore appris des choses, sur le nombre de segments des antennes par exemple. Cet insecte peut faire peur, mais j’apprends à mes petits enfants l’amour des insectes. Cordialement

  6. Toujours intéressant de vous lire.
    Je regarderai de plus près si j’en trouve dans mon secteur dans le gâtinais.

    Très belles photos ! Bravo.

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !