Accueil | Insectes | Le bousier des bois (Geotrupes stercorosus) – Scarabée bleu de la forêt | Insecte
Bousier des bois - Géotrupe stercoraire

Le bousier des bois (Geotrupes stercorosus) – Scarabée bleu de la forêt | Insecte

Connaissez-bous le bousier des bois ? Cet insecte coprophage se charge d’enterrer les excréments des chevaux en forêt de Fontainebleau. Avez-vous déjà vu sur les chemins en forêt du crottin de cheval ? Si oui, vous avez dû remarquer qu’il y avait des coléoptères bleus électriques, tout autour.  La fréquence des rencontres avec ces scarabées m’a donné une occasion toute trouvée de vous parler de ces bousiers forestiers.

Pseudonyme et vraie identité

Le bousier est le nom qu’on lui attribue volontiers. Cela correspondrait plus à sa fonction dans le cycle naturel qu’à son appellation scientifique. Cet insecte à pour nom Géotrupe des bois (Geotrupes stercorosus). Voilà qui ne nous dit rien sur cet animal !

Pas de panique, je vous donne l’étymologie de son nom. Geotrupe signifie ‘qui perce la terre‘. Stercorosus signifie ‘plein de fumier‘. On imagine maintenant le mode de vie du bousier des bois.

 

J’ajouterai que la plupart des espèces se nourrissent des excréments principalement. En complément, ils peuvent se nourrir de feuilles, de fruits ou de champignons.

Géotrupe stercoraire - Faune coprophage
Géotrupe stercoraire – Faune coprophage

Traitement du crottin – Mode d’emploi

Je précise qu’à la périphérie de la forêt de Fontainebleau se trouvent quantité de centres équestres. Les cavaliers partent en promenade avec leur monture. Ces derniers déposent fréquemment le fumier ici et là. C’est ainsi que des populations implantées de bousiers se reproduisent et prospèrent dans le milieu forestier.

Par l’odeur alléchée, les géotrupes stercoraires arrivent en nombre lors d’un dépôt. Étant doté d’élytres, nos scarabées se déplacent en volant pour arriver les premiers sur le lieu de rendez-vous. Je dis rendez-vous, car ces spots bien chauds sont certes des tables d’hôtes courues, mais aussi l’occasion de trouver un/une partenaire pour s’accoupler.

Comme ces insectes sont des parents attentionnés, ils se dépêchent de récupérer le fumier pour en faire de petites boules. Le but est d’aller l’enterrer non pas pour y déposer de l’engrais, mais pour y pondre un œuf. Ainsi faite, la larve aura de quoi se nourrir. Quand je vous dis qu’ils ne laissent pas leur petit dans le besoin…

Bousier de la forêt - Insecte de la forêt de Fontainebleau
Bousier bleu

Le danger qui guette le bousier des bois

Cette grande dépendance qui lie le bousier des bois et les centres équestres a un effet pervers. Dans la nature (sauvage), le bousier se charge de la collecte et de l’enfouissement des excréments des animaux de la forêt (cerf, chevreuil, sanglier, renard, blaireau, etc.). Or, on estime à 3000 le nombre de chevaux qui gravitent autour et dans la forêt de Fontainebleau, en incluant les hippodromes de la Solle et du Grand Parquet.

L’administration de traitement médicamenteux aux chevaux peut dans certains cas réduire ou même détruire une population de bousiers. Les résidus  dangereux présents dans le crottin ont un effet direct sur la faune coprophage comme le géotrupe stercoraire.

Je vous renvoie à une étude qui a été faite à ce propos avec ce lien. Vous y trouverez un fichier PDF documenté.

Bousier des bois - Geotrupes stercorosus - Scarabée de la forêt de Fontainebleau

Si vous avez la fibre scientifique et que l’étude des insectes vous intéresse, voici une clé de détermination illustrée des bousiers (géotrupes) de France réalisés par Serge PESLIER. Un bon document à conserver précieusement.

8 commentaires
  1. Le second danger pour les bousiers, ce sont les joggers !!! le nombre de bousiers écrabouillés que je vois en forêt est vraiment affolant, les pauvres, ils sont si beaux avec leurs reflets bleus… J’étais loin de penser que le crottin était dangereux aussi… ! Dure dure la vie de petite bête. Merci pour toutes ces infos !

  2. Merci Séverine pour ces précisions sur les dangers que doivent affronter ces petits scarabées !
    Au plaisir de vous lire 😉
    Djamal

  3. C’est un détail, mais pas sans importance, puisqu’un nom scientifique a été donné, autant être précis : le Géotrupe des bois, c’est Anoplotrupes stercorosus, pas Geotrupes stercorarius qui correspond au Géotrupe du fumier ou stercoraire… La différence est certes minime (3 carènes du côté externe du tibia de la 3e paire de pattes au lieu de 2) 🙂

  4. Merci Guy pour cette précision qui m’avait échappé !

  5. Bonjour
    Merci pour ces informations.
    Il y en a beaucoup également en foret de Sénart.
    Quand vous parliez des joggers, oui certes mais regardez y de plus prêt.
    Il y a un gros problème…. Très souvent j’en trouvent sur les chemins sur le dos.
    Si on prend une brindille légère et qu’on les replace sur leur pattes dans le bon sens, ils retombent sur le dos systématiquement.

    J’en ai déduis que c’était leur forme….. En ayant beaucoup… Il y en a beaucoup qui meurent
    Peut être est ce leur morphologie qui veut cela

    Mais en lisant votre post…. Je me dis…… Ne seraient ils pas empoisonnés…….. ?

    Quoiqu’il en soit, a chaud sur le dos, je le replace doucement du bon côté et je le place a cote de lui la brindille afin quil prenne appui pour repartir.

  6. Bonjour Mariette,

    Autre piste, le crottin des chevaux contiennent peut-être des substances chimiques de type médicament qui peuvent nuire aux bousiers.
    À moins que leur durée de vie est courte ce qui nous donne l’impression d’une surmortalité.

    Affaire à suivre…

  7. Merci pour cette page intéressante sur le Géotrupe des Bois…

    Effectivement, je pense que les antiparasitaires présents dans les excréments est une bonne explication au fait qu’on les trouve très souvent sur le dos, en train de mourir… ce qui moi aussi me chagrine beaucoup, et je ne peux m’empêcher de les remettre sur pattes… donc le temps des randonnées en forêt est multiplié par 2, voir 3 😉 !!!

    Pour avoir travaillé plus de 10 ans dans le milieu du pastoralisme de montagne, les effets des parasitaires sur les insectes coprophages est un sujet que j’ai souvent soulevé avec les éleveurs avec qui je travaillais, en effet, d’année en année, j’ai remarqué que les crottes des brebis et des chèvres n’étaient plus, ou à peine décomposées, et qu’on ne voyait quasiment plus de bousiers…

    Mais c’est la même chose pour les crottes de nos chiens : je me balade tous les jours en forêt, j’ai remarqué comme des dizaines de bousiers arrivaient sur les crottes des chiens des promeneurs, ils creusent des galeries sous les crottes, c’est passionnant de les voir faire, et quelques jours plus tard quand je repasse au même endroit ils sont quasiment tous morts ou en train de mourir sur le dos…

    Malheureusement, que ce soit pour des particuliers ou des éleveurs, ce n’est pas évident de trouver des produits “sains” qui soient efficaces contre les parasites et qui n’aient pas d’impactes sur la nature une fois rejetés par le biais des excréments…

  8. Merci Aurore pour votre témoignage et votre retour d’expérience.
    Cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!