Accueil | Insectes | Myrtil (Maniola jurtina) – Papillon marron de l’herbe
Myrtil femelle (Maniola jurtina)

Myrtil (Maniola jurtina) – Papillon marron de l’herbe

Le myrtil (Maniola jurtina) est un papillon commun marron volant de juin à septembre en forêt de Fontainebleau. Il fait partie de ces insectes inclassables que l’on a du mal à définir. Bien que commun, ce papillon de l’herbe est peu connu. Mais voyons quels secrets peut nous livrer ce représentant des satyrinés.

Description du myrtil

La toute première chose qui me vient à l’esprit est la différenciation entre mâle et femelle. Cette différence morphologique est appelée le dimorphisme. Elle est subtile chez maniola justina mais visible et surtout détectable une fois que je vous aurais donné les clés d’identification.

Tout d’abord, concentrons-nous sur la face interne des ailes, c’est-à-dire la face visible lorsque le papillon a les ailes ouvertes. Le mâle présente une teinte sombre sur les 4 ailes avec un ocelle noir marqué d’un point blanc et surligné d’une bande orange. Le femelle à la différence de l’autre sexe affiche en plus des mêmes caractéristiques, une sorte de triangle orangé sur les ailes antérieures. Les photos dans la galerie ci-dessous montrent ces aspects.

 

Ensuite, vous constaterez que l’aile antérieure (face externe) affiche un ocelle noir affublé d’un ou de deux-points blancs pour la femelle. Le mâle, lui se limite à une petite tache noire avec un point blanc. Pour ce qui est de la partie antérieure, une bande claire court en zigzag de haut en bas. Chez certains, des petits points foncés (2 ou 3) jalonnent cette bande. Monsieur arbore sur la même partie des couleurs uniformes avec ou sans points.

 

Myrtil (Maniola jurtina) - Photo Papillon
Myrtil (Maniola jurtina) – Papillon Myrtil

Quel est le cycle annuel du myrtil ?

Commençons par le début, nous sommes au mois de juin, les premiers myrtils font leur apparition. Pendant un temps, les papillons profitent des conditions idéales que produit la saison pour se nourrir sur les fleurs nectarifères. Et puis, un jour un mâle voit passer une femelle et là commence une poursuite. Monsieur volète autour de la femelle en battant frénétiquement les ailes. Madame ne se laisse pas séduire facilement. Si elle n’est pas prête, elle peut se jeter à terre en battant des ailes signifiant qu’il ferait mieux d’aller voir ailleurs.

Une fois l’accouplement consommé, la femelle recherchera des herbacées pour pondre ses œufs. Le pâturin des prés, la fétuque des prés, le brome dressé feront de bonnes plantes hôtes. La chenille passera l’hiver au stade larvaire dans l’herbe. Ainsi, la nymphose aura lieu au printemps suivant. L’imago émergera, mai-juin selon le climat de la saison.

 

Une petite remarque personnelle en passant pour dire que la densité de papillons sur le massif bellifontain est bien supérieure à celles des friches et terrains cultivés à la périphérie. La raison est simple à comprendre ! En forêt, point de fauche tardive (ou pas), point de pesticide, point de moutons (ah si quelques-uns…) dévorant tout sur leur passage (herbe et insectes). Les graminées et plantes sauvages ont toute latitude pour croître durant le cycle annuel.

Voilà pourquoi le myrtil est facile à trouver puisque c’est un papillon commun et présent partout !

En été, Maniola jurtina aime butiner sur les scabieuses, les fleurs de mures, sur le buddleia, sur les cirses des champs, les chardons, etc.

J’espère que cet article sur ce lépidoptère diurne vous a montré d’autres facettes de la vie des pelouses et prairies de notre belle forêt de Fontainebleau.

 

5 commentaires
  1. Je vais replonger dans mes vieilles photos, pour voir si j’ai des mâles ou des femelles ! Merci pour ce nouveau documentaire !

  2. Merci beaucoup pour toutes ces informations concernant le myrtil et tous les détails qui le caractérise, du mâle à la femelle.
    Très intéressants et enrichissants à lire vos articles.
    A bientôt !

    Dominique Marie F.

  3. Bonjour Djamal,
    Pourquoi Myrtil, cela a un quelconque rapport avec l’arbuste qui produit des myrtilles ????, car auquel cas, je devrais aussi en voir chez moi ! (Quatre pieds : miam !)
    Ce papillon est l’opposé du Mercure. le blanc crème et l’orange sont inversés… ; le Mercure a du orange sur ses ailes postérieures, tandis que le Myrtil affiche cette couleur sur ses ailes antérieures.
    Merci pour tes descriptions qui nous aident à distinguer les différences entre les dimorphismes sexuels, et entre les espèces ; un sacré travail fort utile en amont !
    Pendre des photos avec un bon appareil reste encore à la portée de beaucoup, mais passer des heures pour leur identification est le travail du véritable passionné, et cela demande une grosse concentration, pour ne pas confondre les espèces, et détailler les dimorphismes quand ils existent : Félicitations Djamal !
    Bonne semaine ! Merci pour ta générosité de partager avec nous les fruits de tes recherches !
    Grosses bises.
    Brigitte.

  4. Bonjour Brigitte, Le nom Myrtil n’a rien de commun avec une plante mais avec une dénomination qui semble avoir un peu plus de 2 siècles.
    Jette un coup d’oeil sur ce lien.
    À bientôt
    Djamal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!