Accueil | Oiseaux sédentaires et migrateurs de Fontainebleau | Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) – L’oiseau montagnard
Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) - L'oiseau montagnard

Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) – L’oiseau montagnard

Le pipit spioncelle est un oiseau migrateur qui l’hiver venu quitte les sommets alpins pour descendre en plaine. Visiteur peu fréquent en Île-de-France, j’ai eu la chance de le photographier à Sorques en Seine et Marne (77). Son plumage mimétique et terne rend l’identification de ce passereau de montagne, au bec long et mince, moins facile. Alors, détaillons un peu cet oiseau rare en forêt de Fontainebleau.

D’où vient le pipit spioncelle ?

Comme je l’ai indiqué, ce visiteur occasionnel est à guetter aux passages migratoires printanier ou automnal. Effectivement, ce passereau montagnard vient des pelouses alpines d’Europe. L’étage fréquenté est la limite supérieure des forêts. Appartenant à la famille des Motacillidae comme le Pipit des arbres, il est peut-être l’un des moins connus. Peut-être son biotope (les prairies d’altitudes) et son plumage cryptique y sont pour quelque chose.

 

Identification

Haut sur pattes avec une queue de taille moyenne, la silhouette typique avec ce bec effilé permet déjà l’identification de la famille des Motacillidae. D’une longueur de 17 cm du bec à l’extrémité de la queue, on distingue une bande claire au-dessus des yeux comme un sourcil. Son plumage est grisâtre avec chez certains individus une teinte tirant sur le vert kaki. Hors période de reproduction, la poitrine est striée. Les yeux sont noirs. Il est clair que le plumage terne du pipit spioncelle ne saute pas aux yeux de prime abord.

 

Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) - passereau migrateur en Île-de-France

Régime alimentaire

D’emblée, la forme de son bec n’évoque pas un granivore, puisqu’effilé et pointu. Ses grandes pattes et sa capacité à marcher vite suggèrent une recherche de nourriture dans les prés d’altitudes. Cette espèce se concentre sur les insectes et invertébrés comme les vers, les araignées, les sauterelles et autres petites bestioles qui se cachent au sol.

 

Pipit spioncelle (Anthus spinoletta) - Famille des Motacillidés

Nidification

Cet oiseau sauvage et craintif niche au sol dans une petite dépression ou avec un couvert dans les rochers. Comme beaucoup de passereaux, le nombre d’œufs est compris entre 3 et 5. La couvaison dure 2 semaines. Les poussins naissent sans plume et totalement dépendant des parents pour se nourrir.

 

Pour voir en vidéo cet oiseau sauvage.

8 commentaires

  1. pas facile à trouver celui ci !!!!!! il faut vraiment des yeux d’expert comme les vôtres , amitiés

  2. Bonjour Djamal, merci, je n’en ai jamais vus, ou alors confondus avec d’autres espèces… il a l’air si discret ! Ses petits sont nidicoles ou nidifuges ? En nichant sur le sol, je pense qu’ils doivent être nidifuges pour échapper aux prédateurs nombreux au sol…
    Bonne balades dans ta forêt ! Bises. Brigitte.

  3. Bonjour,
    C’est intéressant et je me demande si je n’ai pas également une photo de pipit prise dans un tout autre contexte. Elle a été prise en août et en altitude nous pas en Europe mais en Asie-Centrale et plus précisément lors d’une randonnée en montagne dans le Kirghizistan.
    Ce serait amusant si c’était bien la cas, je ne suis pas un spécialiste mais si vous le souhaitez je vous l’adresse.
    Bravo pour votre super travail en tout cas.
    Amicalement

  4. Je crois que je n’en ai jamais vu… ou alors, je ne l’ai pas remarqué, il a l’air tellement discret.
    En tout cas, merci pour cette belle découverte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!