Pic vert mâle en vol (picus viridis)

Pic vert (Picus viridis) de la forêt de Fontainebleau

Le pic vert (Picus viridis) appartient à la famille des Picidae. Celle-ci comprend une grande variété d’oiseaux à travers le monde, caractérisés par leur capacité à grimper aux arbres et à tambouriner sur le bois à l’aide de leur bec puissant. Tous sont souvent associés à des habitats boisés et forestiers. Mais voyons ce qui fait la particularité de notre pivert.

Description

Je vais vous donner les caractéristiques qui vous permettront d’identifier cet oiseau. Tout d’abord, parlons du plumage. Sa teinte présente des différences subtiles entre les mâles et les femelles. Le pic vert mâle présente une calotte rouge distinctive sur la tête, qui descend jusque sur la nuque. Il arbore un masque noir entourant ses yeux blancs. En dessous, une bande rouge court sur 2 à 3 centimètres. Les joues sont pâles comparativement au reste du plumage. Son dos est généralement d’un vert vif, parfois avec des nuances de jaune, et les plumes sont souvent barrées de noir.
La gorge et la poitrine sont plus claires allant d’un gris léger à un ton jaune pâle, s’étendant parfois sur le ventre. Les ailes présentent des barres noires et jaunes, et la queue est également barrée de noir. Elle comporte des rectrices rigides qui lui servent d’appui lors des déplacements sur les troncs. Le croupion est jaune.

 

La différence visible entre la femelle et le mâle est cette bande de couleur se trouvant sous le masque noir. Chez la femelle, elle est noire contrairement à celle du mâle qui est rouge. Les juvéniles ont des stries de la gorge au bas du ventre. Ils sont plus pâles que les parents. L’envergure moyenne de ces oiseaux forestiers est de 41 cm pour une longueur de 33 cm. Ils ont un poids d’environ 200 g.

Pic vert mâle en vol (picus viridis)

Une particularité anatomique les rend spéciaux par rapport aux autres oiseaux de la forêt. Les pics disposent de 2 doigts dirigés vers l’avant et 2 vers l’arrière. Cela simplifie leur mode de vie arboricole. Ajoutons des griffes solides pour s’accrocher aux écorces d’arbres et vous avez un volatile agile, équipé pour sa vie forestière.

Habitat

Son biotope est principalement constitué de forêts de feuillus et mixtes, de parcs boisés, de vergers et de jardins. On le trouve également dans les zones semi-boisées et les lisières de forêt. Il a également besoin d’espace dégagé pour fouiller le sol. Il est fréquent d’en voir s’envoler en forêt de Fontainebleau. En outre, cette espèce est relativement craintive. À ce jour, j’ai rarement pu le photographier à cause de cela.

Régime alimentaire

Picus viridis a un large choix dans sa recherche de nourriture. En effet, il consomme aussi bien des insectes que des fruits ou des graines. Son régime alimentaire principal est du côté des petites bêtes. Il peut s’agir de larves xylophages de coléoptères, des fourmis et leurs larves, des diptères. En fait, sa nourriture se trouve de la canopée au sol. Dans le feuillage, il capture des vers, des chenilles. Il ne dédaigne pas non plus les vers de terre qu’il extrait en tapant vigoureusement le sol. Quelques gastéropodes complètent (escargots ou limaces) le menu à l’occasion. C’est un peu la raison pour laquelle cette espèce est bien implantée un peu partout !

Reproduction

La période de reproduction se situe généralement entre avril et juin. Mais les tambourinements sont perceptibles dès les mois de février/mars. Ils creusent souvent leur loge dans des cavités d’arbres de différentes essences. Ce peut être aussi bien le hêtre que le chêne en forêt de Fontainebleau. La ponte est composée généralement de 5 à 7 œufs. La couvaison dure de 2 semaines. Les deux parents participent à l’incubation des œufs et à l’alimentation des jeunes. L’envol a lieu après 3 ou 4 semaines.

Cri du pic vert

Son cri est une sorte de claquement aigu et puissant qui s’entend de loin. Il ne peut être confondu avec ceux des autres espèces.

Les espèces de pics en forêt de Fontainebleau

Le massif forestier abrite 5 espèces. Les connaissez-vous ?

Voici la liste des cousins de notre pic vert :

Ainsi, cet article vient compléter la liste des espèces pour la Seine-et-Marne (Île-de-France).

2 commentaires

  1. Bonjour Djamal,

    Merci.
    Excellente révision des caractéristiques du pic vert, texte agréable à lire et complet, et félicitations pour tes photos ! On l’entend plus qu’on ne le voit… Mais pour creuser du chêne son bec est extrêmement solide !!!
    Je t’envoie du soleil de ma Provence…
    Bonnes découvertes dans ta forêt la nature ne manque pas de nous offrir des instants magiques.
    Sois prudent.
    À bientôt de te lire.
    Brigitte.

  2. Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !