Huîtrier pie (Haematopus ostralegus)

Huîtrier pie (Haematopus ostralegus) – Le mangeur de coquillage

La migration des oiseaux offre quelques surprises comme cet huîtrier pie (Haematopus ostralegus), petits échassiers des côtes atlantiques qui s’égarent à l’intérieur des terres. Ce limicole noir et blanc de la famille des Haematopodidae est une rareté dans les milieux humides de la forêt de Fontainebleau. C’est l’occasion pour moi de vous présenter cette espèce peu commune.

Description

Cet échassier de la famille des Haematopodidae pose rarement de problème lors de son identification. En effet, cet oiseau d’eau noir et blanc possède un long bec orange. Ses yeux sont rouges et le contour rose comme ses pattes. La tête, le cou, le dos et le haut du poitrail sont noirs. Une bande alaire blanche s’étale sur toute la longueur des ailes. Le ventre et le dos sont blancs, ainsi que le croupion. Le bout de la queue est noir.
Mâle et femelle ne présentent pas un dimorphisme sexuel hormis pour le bec. Cette dernière l’a un peu plus long que le mâle. Selon MNHN (Muséum Naional d’Histoire Naturelle), la longueur du bec de la femelle est en moyenne de 78,4 mm contre 69,6 mm pour le mâle.

Huîtrier pie (Haematopus ostralegus) - Mangeur de coquillages

 

Parmi les détails intéressants quand au pourquoi de la chose, vous noterez qu’en dehors de la saison de reproduction l’huîtrier pie adulte a un collier blanc au niveau du coup, tout comme les juvéniles. Les adultes mesurent entre 40 et 45 cm pour une envergure de 83 cm en moyenne.

Habitat

Sa morphologie indique un mode vie sur des sols plats de type vasières ou prairies humides. C’est donc tout naturellement qu’on le trouve sur les côtes atlantiques, dans les estuaires, les marais salants peu profonds.

Régime alimentaire

Son alimentation est composée de bivalves (moules, coques), de vers marin, de crevettes, de crabes. À l’intérieur des terres, il consommera des vers de terre et des insectes.

Reproduction

À la fin de l’hiver, les couples aménagent un nid fait de débris végétaux et de coquillages dans une dépression du sol. Ils pondent en moyenne 3 oeufs qui seront couvés pendant presque 4 semaines. Après l’éclosion, les poussins sont capables de quitter le nid pour suivre les parents. En reproduisant la manière dont les adultes s’y prennent, ils se nourriront seuls ou avec leur aide.

Aire de répartition

En France, on trouve cet oiseau des vasières en Normandie, en Bretagne et en Camargue. Chez nous, l’huîtrier pie est sédentaire. Il arrive parfois qu’il s’éloigne des côtes comme ici lorsque cet oiseau est passé nous voir en forêt de Fontainebleau. Dans ce cas, il est possible que l’individu nous vienne du nord de l’Europe.

7 commentaires

  1. Gabrielle Huegli-Jobin

    Bonsoir Djamal, Je découvre à l’instant ce joli oiseau. Il semblerait qu’il passe aussi par chez nous.
    Moi, je ne l’ai jamais vu !
    J’en ai appris un peu plus sur sa présence sur le plateau suisse.
    Il est sur la liste rouge, c’est à dire une espèce protégée en voie de disparition.
    J’ai trouvé ces infos sur le site « vogelwarte.ch ».
    Merci d’avoir éveillé ma curiosité.
    Bonne saison d’observation
    Salutations

  2. Pauvre petit, perdu loin de sa mer ( sa mère) reprendra t il son chemin ? merci Djamal !

  3. Fereroles Marianne

    Merci Djamal pour la présentation de cet huitrier.

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !