Différences entr ele roitelet huppé et triple bandeau

Différences entre les 2 espèces de roitelet

Deux espèces de Régulidés vivent dans nos forêts ! Comment identifier le roitelet huppé du roitelet triple bandeau ? Quelles sont les différences visibles permettant de ne pas se tromper ? À l’aide d’une description détaillée et de photos d’illustration, voyons ensemble ce qui distingue Regulus regulus de Regulus ignicapilla. Après ça, la différence sera évidente à vos yeux.

Les différences de plumage

Le détail du plumage devrait vous donner les clés d’identifications nécessaires pour les déterminer visuellement. En effet, certains détails de teinte au niveau du poitrail ou de la tête seront déterminants. Voyons ce qui les différencie !

Le roitelet triple bandeau

  • Plumage jaune vert lumineux remontant sur la nuque alors que le cou et le poitrail sont d’un gris très clair
  • Sourcils blancs
  • Larges bandeaux noirs sur la tête
  • Plumes orange vif sur le crâne du mâle
  • Bandeau noir sur les yeux
  • Petite virgule noire partant des commissures du bec
Différences entre le roitelet huppé et triple bandeau
Roitelet triple bandeau (Regulus ignicapilla)

Le roitelet huppé

  • Plumage couleur vert olive sur le dos et grisâtre sur la nuque, le cou et le poitrail
  • Plumes jaune et orange sur le crâne du mâle
  • Cercle des yeux blancs
  • Bandeaux noirs étroits sur la tête
roitelet huppé (Regulus regulus) - Plus petit passereau de France
Roitelet huppé (Regulus regulus)

Les différences sur l’habitat

Bien que j’ai évoqué des similarités de biotopes des 2 espèces, il existe cependant une différence qui mérite d’être soulignée. Contrairement, au roitelet huppé qui se cantonne à un environnement plutôt de résineux, le roitelet triple bandeau fréquente des habitats regroupant des feuillus et des résineux. Il peut aussi résider dans des forêts de feuillus s’il trouve de quoi se nourrir.

 

Mode d’alimentation différent

Mes recherches documentaires sur ce point m’ont conduit à vous dire en quoi leur façon de se nourrir est différente. Regulus regulus (le huppé) chasse ses proies sur le dessous des feuilles. Ses inspections systématiques l’entraînent dans des acrobaties. Regulus ignicapilla (le triple bandeau) lui utilise une autre méthode ! Il préfère inspecter le dessus des feuilles pour trouver sa pitance. J’en ai vu un devant moi qui faisait de petits vols stationnaires devant les feuilles avant de décrocher sa nourriture. Cette situation était la première observation comportementale de ce type en ce qui me concerne. La taille de ses proies est un peu plus grosse que celles capturées par son cousin. Il fréquente aussi des milieux un peu moins denses.

Points communs

Toutes ces différences ne seraient rien si je n’abordais les similarités de ces passereaux. Ces 2 petits oiseaux ont la particularité d’avoir des points morphologiques communs. Voici une courte liste de celles-ci :

  • Taille de 9 cm
  • Poids de 5 à 7 g
  • Un petit bec effilé
  • Régime insectivore
  • De grandes pattes robustes qui lui permettent des acrobaties dans la végétation
  • Habitat de bois et forêt de conifères et résineux (présents en forêt de Fontainebleau)
  • Nid confectionné sensiblement de la même manière

Ces 2 oiseaux sont discrets et difficilement décelables en période de reproduction. L’hiver, lorsqu’ils deviennent erratiques, il est possible de les voir se joindre aux bandes de mésanges. Mais leur petite taille et leur vivacité sont une difficulté pour l’observation. Quand cela est possible, prendre une photo du volatile permet une identification a posteriori. Vous découvrirez l’espèce et si vous avez pris un mâle ou une femelle.

Dites-nous si vous avez des observations ornithologiques de ces 2 espèces ?

 

5 commentaires

  1. Merci Djamal pour cet article !
    Pour moi, cette espèce ressemble un peu au Tarin des aulnes.

  2. Merci Djamal pour ton article toujours aussi intéressant. En effet, il n’ est pas facile à photographier tellement il est nerveux. Je trouve son petit cri assez proche de celui des orites à longue queue qu’ ils aiment fréquenter.A bientôt !

  3. Merci, j’ai beaucoup aimé ce système de comparaison entre 2 oiseaux qui sont très proches.

  4. Merci
    Pas plus tard que ce midi, un des huppés qui vivent habituellement dans mes cypres, était dans dans la vasque de coriandres de mon balcon, puis il est passé dans celle du persil puis sous les feuilles de l’oseille.
    Pas sauvage avec ça. Je pense gêné (et peut être gelé) par le mistral fou d’aujourd’hui, il est venu se mettre à l’abri du coté ouest de la maison, où j’en avais déjà trouvé un en Novembre 19!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
error: Le contenu est protégé !