Accueil | Insectes de la forêt de Fontainebleau | Papillon Flambé (Iphiclides podalirius) – Le voilier des prairies
Papillon Flambé sur de l'eupatoire chanvrine

Papillon Flambé (Iphiclides podalirius) – Le voilier des prairies

Le Flambé (Iphiclides podalirius) est le papillon roi des campagnes buissonnantes. Aussi appelé grand porte-queue, cet insecte diurne de la famille des Papilionidae suscite toujours l’admiration des observateurs. Chaque année, j’espère observer ce beau voilier dans mon jardin. Les caprices de la météo, la raréfaction des milieux propices, l’épandage d’insecticide contribuent à éradiquer le Flambé.

Description du Flambé

Le papillon Flambé mesure de 80 à 90 mm d’envergure. Le dessus des ailes sont rayées de bandes noires sur un fond blanc à jaune pâle. L’extrémité des ailes postérieures est marquée de tâches bleues. Deux points orange finissent l’habillage du papillon. L’un des aspects remarquables de ce grand papillon de jour concerne la queue sur chaque aile postérieure. Sa taille, son aspect triangulaire et son vol plané donne à ce lépidoptère d’Île de France un charme certain.

Distribution

Étant thermophile, son aire de répartion se situe dans les parties chaudes du pays. Dans la partie nord de la France, le papillon est déjà moins fréquent et migrateur lors de saisons chaudes. Mais, il arrive certaines années que les femelles s’attardent en région parisienne, comme en forêt de Fontainebleau (par exemple), et pondent sur les prunelliers sauvages. Mais tous les cas, sa présence reste un évènement entomologique pour les observateurs.

 

Papillon le Flambé (Iphiclides podalirius) - Photo
Papillon le Flambé (Iphiclides podalirius)

Habitat d’Iphiclides podalirius

Le flambé fréquente les endroits chauds. Les pentes ensoleillées, les biotopes ouverts présentant des fleurs nectarifères. Les lavandes que les particuliers plantent peuvent attirer le papillon. Il en est de même avec le buddléia, le serpolet ou l’eupatoire chanvrine. Sous nos latitudes, le climat influera sur la présence de l’espèce en Île de France. Bien que le massif accueille cet insecte diurne, il n’est jamais abondant. Lors d’été chaud, il arrive que remonte par chez nous des individus méridionaux.

 

De fait, on retrouve ce beau papillon sur les pentes herbeuses avec rochers, les friches délaissées, les prairies sèches où il trouvera sa nourriture. Il restera le temps d’aspirer le nectar des fleurs sauvages puis s’en ira inspecter d’autres recoins de la région. En quelques coups d’ailes, il disparaitra dans les frondaisons pour d’autres avantures.

Période de vol

En Seine et Marne (77), la période de vol d’Iphiclides podalirius se situe entre mai et juillet. La chrysalide passera l’hiver pour donner naissance au papillon au printemps.

La chenille du Flambé | Plantes hôtes

La chenille du Flambé étant difficile à localiser, je suis heureux de vous la montrer avec en prime quelques uns de mes plus beaux clichés du papillon. Lors de la prise de vue, elle se trouvait sur un petit plant de prunelier (Prunus spinosa) de 70 cm de haut à peine.

 

Chenille du papillon Flambé (Iphiclides podalirius) - Photo- Insecte de la forêt de Fontainebleau
Chenille du papillon Flambé  (Iphiclides podalirius)

 

Le prunelier n’est pas sa seule plante nourricière, il y aussi laubépine et le cerisier. Pour revenir au prunelier, il donne des baies bleues foncées de la taille d’un petit raisin. Cette plante forme des buissons piquants poussant dans les friches. Elle s’épanouit tant que l’homme ne l’arrache pas. Elle contribue à l’abri d’une quantité de volatiles et autres insectes dont la chenille du Flambé.

Chenille du papillon Flambé (Iphiclides podalirius) - Photo- Insecte de la forêt de Fontainebleau
Chenille du papillon Flambé

Statut du papillon flambé en Île de France

La liste rouge régionale des rhopalocères de l’Île de France dans son rapport de novembre 2016, dit que le Flambé est commun, mais se trouve menacé. Autrement dit, la disparition des habitats répondant à ses critères de vie fait peser sur l’espèce un avenir sombre. Ce facteur n’est pas le seul puisqu’il est inclus dans un ensemble de problèmes qui un à un provoque la disparition du grand porte-queue. parmi eux, on peut noter l’effet des pesticides, les routes, les aléas climatiques violents et répétitifs.

Les routes qui traversent des zones de grande biodiversité tuent beaucoup de papillons, toutes espèces confondues. En longeant les routes en été, je constate que les lépidoptères paient un lourd tribu à la circulation routière. Une bande de plantes mellifères le long d’un axe routier fréquenté décime quantité d’insectes attirés par la promesse de nectar.

La réalité d’aujourd’hui est bien celle-ci, le Flambé risque de devenir une rareté en région parisienne, qu’on se le dise !

4 commentaires

  1. Un grand merci pour cette info precieuse car on ne sait pas toujours a quel papillon attribuer les chenilles que l’on rencontre et vice-versa

  2. j ai pu observer pour la 1er fois ce papillon dont je ne connaissait pas le nom. Il se trouvait sur les fleurs de ma ciboulette.
    j’habite en Haute-Loire à 745 m d’altitude.
    Papillon merveilleux !!!
    merci pour vos commentaires et vos belles photos
    En espérant voir le flambe bientôt

  3. Bonsoir,
    c’est ma première visite sur votre blog.
    Bravo pour les superbes photos et les explications intéressantes.

    @ bientôt

    • Merci Eric votre commentaire sympathique ! Je suis allé faire un tour sur votre site, je vois que vous vous débrouillez bien avec la photo macro, félicitation ;-)… @Bientôt je l’espère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
close-link
Rejoignez
les 25000 lecteurs de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
close-link
error: Content is protected !!