Accueil | Flore | Jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus) – Le narcisse des bois

Jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus) – Le narcisse des bois

À la fin de l’hiver, la jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus) de la famille des Amaryllidaceae pousse dans les sous-bois. Son aspect inimitable et sa couleur jaune attirent les cueilleurs de tout bord. Appelée jonquille sauvage ou narcisse, cette fleur sauvage retient notre attention chaque printemps pour notre plus grand plaisir. Mais avant d’aller plus loin, voyons quelle est la différence entre la jonquille et le narcisse.

Différence entre jonquille et narcisse

Le nom latin de la fleur communément appelée jonquille est Narcissus pseudonarcissus. Alors qu’elle est la différence est la jonquille et le narcisse ? Si l’une a une connotation fleur sauvage (jonquille), l’autre semble issue de l’horticulture (narcisse).

 

 

Le nom binominal en latin désigne une espèce de narcisse malgré une appellation populaire qui la désigne comme une jonquille. Mais ce qui fait la distinction dans l’esprit de tous est que la jonquille sauvage possède une corolle allongée en forme de trompette tandis que le narcisse a une corolle affleurante et courte.

Période de floraison de la jonquille sauvage

La floraison de la jonquille sauvage se situe à la sortie de l’hiver. En région parisienne, dans le sud Seine et Marne, les premières jonquilles des bois apparaissent en mars avril. Selon la dureté de l’hiver et sa longueur, la floraison peut être repoussée sur avril. En fait, tout dépend du climat !

 

 

Mais lorsque les conditions sont réunies, le sol est tapissé de narcisses jaunes. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas une erreur, je n’ai pas employé le nom vernaculaire. Je suis un peu taquin, non !?

Cueillette ou pas cueillette ?

Étant donné que c’est la plus jolie et la plus précoce des fleurs sauvages du printemps, il est tentant après le repas du dimanche d’aller se promener pour se faire son bouquet de jonquilles. La forêt est encore à ce moment pauvre en végétation. Les plantes sortent à peine de leur dormance hivernale. Et là devant nous, se dresse un tapis de fleurs d’un jaune jonquille. Bonheur des yeux, ces fleurs lumineuses marquent le début d’une saison riche en évènements naturels.

Qu’avons-nous le droit de faire dans ce cas ? Voici la réponse de l’ONF, je cite :

Dans les forêts publiques, la cueillette à « caractère familial » est tolérée sauf lorsqu’il y a un risque de disparition des espèces concernées. Auquel cas, un arrêté préfectoral ou communal peut formellement l’interdire. En cueillant le muguet et les jonquilles, il faut éviter de prélever les parties souterraines (bulbes). Pour que les fleurs repoussent l’année suivante, seul le ramassage des hampes fleuries est toléré, mais en quantité limitée « à ce que la main peut contenir », soit environ dix/quinze tiges par personne.

Sachant que la jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus) est une espèce patrimoniale. Il serait dommage qu’elle change de statut et passe dans la catégorie « déclin ». Cela pourrait être la cas, par exemple, si une armée de cueilleurs venait les ramasser pour la vente à la sauvette (comme je l’ai déjà vu). Même si la fleur possède un bulbe, il convient d’être raisonnable. Pour consulter les recommandations officielles à ce sujet, je vous renvoie vers la page de l’ONF.

 

 

Durée de vie de la jonquille

La fleur en tant que telle a une durée de vie de 15 à 21 jours lorsqu’elle est sur pied. La cueillette des jonquilles des bois amoindrit la résistance du bulbe et sa capacité à produire de nouvelle pousse.

LE SAVIEZ-VOUS ? La jonquille sauvage peut vivre plusieurs dizaines d’années, voir plus d’un siècle (Source Parc Naturel Avesnois).

Reproduction

La fleur jaune utilise 2 modes de reproduction. La première est la pollinisation assurée par les insectes comme les bourdons, tout juste sortis d’hivernage. La seconde méthode est la division du bulbe à la manière du clonage. Ce procédé permet à la plante de couvrir le sol forestier sur de grandes surfaces. Chaque fleur est une copie conforme de la première arrivée !

Faits divers

Alors que certains départements limitent la cueillette à 10 brins pour éviter la disparition de la fleur. D’autres la célèbrent avec la Fête de la Jonquille à Gerardmer dans les Vosges. Selon la région et les campagnes, vous trouverez des noms vernaculaires différents les uns des autres. Wikipedia décline une quinzaine de noms pour le narcisse sauvage. À partir de là, vous avez quelques pistes de réflexion pour lui attribuer une de ces appellations.

En ce qui me concerne, je continuerai de l’appeler jonquille sauvage ou jonquille des bois comme je l’ai toujours fait ! Et vous comment l’appelez-vous ?

 

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour découvrir la flore de la forêt de Fontainebleau.

2 commentaires

  1. billet intéressant et bien document, les jonquilles cette année, ne vont être si précoces, elles en seront d’autant plus belles.
    Bon dimanche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *