Accueil | Insectes de la forêt de Fontainebleau | Petit Sphinx de la Vigne (Deilephila porcellus)
Petit Sphinx de la Vigne (Deilephila porcellus)

Petit Sphinx de la Vigne (Deilephila porcellus)

Le Petit Sphinx de la vigne (Deilephila porcellus) est un papillon de nuit aux couleurs éclatantes de la sous-famille des Macroglossinae (papillon). Ce lépidoptère possède un autre nom qui est le Petit Pourceau signifiant « petit cochon ».  Ses teintes roses et jaunes font de lui une des merveilles des insectes nocturnes. Fort de cette présentation, découvrons cette espèce.

Description du Petit sphinx de la vigne

La morphologie de Deilephila porcellus est relativement simple. Le corps massif est muni d’un duvet rose bonbon. Sur le dessus du thorax et de l’abdomen sont dessinées des taches jaunâtres à vert pâle. Les antennes et les pattes sont blanches. Ce papillon nocturne est muni de grands yeux. Sa trompe est repliée et cachée sous la touffe de poils sous la tête.

Les ailes découpées à la manière d’un avion de chasse sont principalement plus jaunâtres sur le dessus et le dessous. Une bande rose marque leurs extrémités. Pour activer ses ailes, cet insecte possède une musculature de compétition. En effet, son corps massif ne laisse pas présager des capacités de vol de ce magnifique papillon de nuit.

 

Enfin, le mâle est plus svelte que la femelle qui a un abdomen plus large. L’envergure du Petit sphinx de la vigne est comprise entre 40 et 50 mm (max) pour une longueur de 32 à 35 mm.

 

Petit Sphinx de la Vigne (Deilephila porcellus)

 

Espaces naturels de Deilephila porcellus

Cet papillon de nuit coloré est présent dans les biotopes ouverts et les prairies fleuries et à la proximité des zones humides.

Période de vol

Dans la région de Seine et Marne (Ile de France) où je suis, j’ai noté la présence de ce sphingidé autour des fleurs odorantes dès le mois de mai et visible aussi en juin.

Habitudes

Le petit sphinx de la vigne fait partie de ces espèces crépusculaires qui visitent volontiers les jardins à la recherche de nectar. Il est peu visible, car début mai par exemple le coucher de soleil est à 21 h. Il est probable que la majorité d’entre nous soit encore à table ou devant la télévision. Donc, lorsque le petit pourceau fait un passage, on ne le voit pas ! Pourtant, c’est le bon moment pour le guetter.

Pour l’accueillir dans mon jardin, j’ai planté voilà quelques années du caille-lait blanc (Galium mollugo) en espérant attirer 2 espèces, dont celle qui nous intéresse aujourd’hui. À plusieurs reprises, j’ai pu observer ce joyau de la nature chez moi en vol stationnaire devant une fleur, ainsi que la chenille. Dans la nature, il est rare de tomber dessus. Malgré ses vives couleurs, cet hétérocère est difficile à détecter. En journée, il reste immobile sur son support.

Lorsque le moment arrive de décoller, le sphinx active la vibration de ses ailes sur une faible amplitude, histoire de chauffer ses puissants muscles. Cette séance d’échauffement peut durer plusieurs minutes. Ainsi, au terme de cette préparation, le papillon de nuit s’envole à la recherche de nourriture voire d’une partenaire si c’est un mâle (ou les deux).

Plantes hôtes du Petit Pourceau

Les espèces de gaillets sont recherchées par les femelles de cette espèce pour pondre leurs œufs. Il peut s’agir de gaillet blanc ou le gaillet jaune. Certains sites mentionnent aussi la salicaire ou l’épilobe comme plantes hôtes possibles. Mais la plante hôte dont est issu (la vigne) son nom ne semble pas être son premier choix de ponte. Il peut cependant que les feuilles de vigne sauvage soient choisies…

Reproduction et aspect de la chenille

Comme la plupart des papillons de nuit, l’imago fraichement sortie de sa chrysalide a 2 objectifs. Le premier de rechercher une source d’alimentation. Le second est de repérer une femelle grâce à l’attraction puissante des phéromones. La période avant l’accouplement dépend de la météo, de la présence de femelles sur le secteur. Enfin, les plantes hôtes pour les chenilles doivent pousser non loin de là.

Les petits œufs verts semblables par la forme à des grains de raisin sont collés sur les gaillets ou espèces similaires. Près d’une dizaine de jours après naissent les larves dépourvues de scolus, la petite corne se trouvant à l’extrémité qui en fait la caractéristique des chenilles de sphinx. La teinte des chenilles est verte lors de leur croissance. Ce camouflage naturel presque mimétique les rend difficiles à détecter en milieu naturel. Souvent les tiges de gaillets courant au sol ou sur la végétation forment un fouillis végétal qui protège efficacement les larves en pleine croissance.

 

Chenille du Petit sphinx de la vigne (Deilephila porcellus) - Petit pourceau
Chenille du Petit sphinx de la vigne

 

Le stade larvaire nécessite plusieurs cycles de mue. La chenille inoffensive devient généralement marron beige avec un renflement derrière la tête et deux ocelles de chaque côté. Lorsque la chrysalidation est proche, la chenille est parfois visible. Notez qu’elles ont une activité nocturne. Donc, c’est la nuit que vous aurez une petite chance d’observer ce « gros vers » avant qu’elle prenne l’apparence d’un joli papillon. Une fois au dernier stade larvaire, la chenille va s’enterrer à faible profondeur pour entreprendre les transformations nécessaires. La chrysalide est marron et restera à ce stade jusqu’au printemps de l’année suivante.

Le Petit sphinx de la vigne en Ile de France

Malgré sa discrétion, ce papillon de nuit est présent dans les départements franciliens de la grande couronne. Il est présent en Seine et Marne, dans l’Essonne, dans les Yvelines, dans le Val d’Oise. Il est probable qu’il soit aussi présent dans certains secteurs de la petite couronne de Paris. En ce qui concerne la forêt de Fontainebleau, je me souviens avoir découvert un exemplaire fraichement sorti de sa chrysalide et accroché à un buisson de callune. Ce n’était pas le type de biotope favorable dans lequel il évolue, mais sa mobilité nocturne l’amène à se déplacer sur des kilomètres. Donc, avec un peu de chance, vous pourriez observer un imago à votre tour.

Avez-vous eu l’occasion de trouver ce bel insecte ?

Découvrez la famille des sphinx de la forêt de Fontainebleau dans ce magnifique eBook.

8 commentaires

  1. Bonjour Djamal,

    Très jolies photos, comme toujours.
    J’ai vu ce papillon il y a une quarantaine d’années en Seine-et-Marne près d’une maison forestière où il y avait une vigne sur une façade.
    C’était dans une commune près de Rozay-en-Brie, à un endroit où les vieux disaient qu’il y avait des nombreuses vignes autrefois.
    A l’époque j’avais plutôt pensé à un petit sphynx du chêne.
    Merci pour ce petit article très instructif.

  2. Merci pour ce partage. Je ne l’ai jamais vu. Par contre j’ai rencontré la chenille du grand sphinx de la vigne, en bordure d’un petit bosquet le long d’un étang.

  3. Magnifique ! merci pour ce partage.

  4. merci pour vos explications sur ce papillon que j’ai eu la chance de rencontrer et de le photographier dans mon jardin il y a quelques années sur un pied de bleuets dans la journée. J’ai également rencontrer sa chenille à plusieurs reprises. J’habite le sud Seine et Marne.

  5. Très beau merci…
    j’ai remarqué que les sphinx ont des yeux un peu semblables aux poissons ou aux mammifères un iris ….bien différents des insectes habituels !
    En sais-tu un peu plus sur ce sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
Rejoignez
les 25000 lecteurs de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
error: Content is protected !!