Accueil | Reptiles | Lézard des murailles (Podarcis muralis) – Le reptile du soleil
lézard des murailles mâle - Podarcis muralis

Lézard des murailles (Podarcis muralis) – Le reptile du soleil

Le lézard des murailles (Podarcis muralis) est un familier des vieilles pierres. Il aime se faire dorer au soleil sur les rochers en forêt de Fontainebleau. On le voit sur les vieux murs où les trous qui lui donnent l’occasion de se réfugier en cas d’alerte. Ce reptile fait partie du quotidien de la campagne briarde aux beaux jours. Découvrons ce qui fait la vie du lézard des murailles.

En Seine et Marne, il faut attendre courant mars selon les années pour apercevoir le lézard des murailles. Comme son nom l’indique, il se plait au milieu des rochers de grès et vieilles pierres d’enceintes, de maisons, de châteaux. Ces différents milieux représentent des micro-habitats nécessaires à son maintien. Cela n’empêche pas de le rencontrer en forêt de Fontainebleau sur des piquets. En milieux ouvert (plaine, prairie), on peut le voir grimper dans des buissons bas, à la recherche de nourriture.

Comme tout les reptiles, c’est un animal à sang froid qui a besoin du soleil pour chauffer son corps. Podarcis muralis est relativement thermophile ce qui l’oblige avant toute activité du matin à une séance de réchauffement. Des températures de 28°C à 32°C sont appréciées de ce lézard. De ce fait, il recherchera un rocher exposé au soleil en forêt. Attentif à son environnement, il n’oublie pas de garder les yeux ouverts car il fait le repas des serpents comme les couleuvres mais aussi de son cousin le lézard vert.

Portrait du lézard de muraille mâle

Description du lézard des murailles

Ce reptile inoffensif mesure environ 20 centimètres de long. La coloration du lézard des murailles ressemble à une succession de mosaïques de couleurs marron, beige, blanc, gris, vert clair.  Wikipedia le qualifie de lézard polymorphe. Il est donc difficile de décrire le lézard des murailles tant il y a de variations de couleurs au sein de l’espèce. Mais en même temps, c’est ce qui fait l’attrait de ce reptile. On peut parfois le distinguer en observant son dos qui doit être marron clair. Son dos est bordé par une grosse ligne marron de chaque coté. Cette ligne va jusqu’à l’œil !Il y a plus bas sur les flancs, une seconde ligne marron, plus fine qui va jusqu’à la gorge. Si vous êtes en région parisienne (Ile de France), avec des photos en référence, vous arriverez à identifier votre observation.

La pupille de l’œil est noir tandis que l’iris est orange.  En période nuptiale, le mâle arbore un cou orange vif. Selon les individus, il y a sur les flancs des tâches bleues turquoises plus ou moins marquées.

Vivant au ras du sol la plupart du temps, il se fait parasiter par les tiques. Il m’est arrivé de voir une à plusieurs de bestioles accrochées au cou de ces malheureux reptiles.

Mode d’alimentation

Le lézard des murailles chasse ce qu’il trouve à sa portée. Il se délecte de petits insectes. Il consommera fourmis, chenilles, vers, papillons, mouches, araignées, sauterelles, criquets, etc…

lézard des murailles de dos

Reproduction

Le lézard des murailles s’accouple au début du printemps. Le mâle arbore un habit nuptiale (comme décrit plus haut). A ce moment précis de l’année, les mâles se défient en face à face. Le haut du corps bien droit, les adversaires se jaugent. Il n’est pas rare qu’une course poursuite s’achève avec des morsures. Le reptile qui abandonne y laisse parfois plus que sa dignité puisque la queue en fait parfois les frais. Une fois la femelle repérée, le mâle tente une approche par derrière. il essaiera de la ‘coincer’ à l’aide de sa mâchoire pour obtenir la position d’accouplement. Fécondée, la femelle pondra quelque temps après ses œufs qu’elle enterrera. On ne compte pas plus de 10 œufs par ponte. Les petits qui naitront devront être vigilants car leur taille les rend vulnérable à la prédation.

Détails pouvant vous intéresser

Si vous aimez la photo macro, vous trouverez de l’intérêt auprès du lézard des murailles. Il est facile à approcher si vous êtes patients et silencieux. Pour le portrait du mâle (la deuxième photo), j’ai terminé à moins de 20 cm du lézard. Ce qui le fait fuir, c’est la vitesse d’approche ! Une fois que vous avez localisé votre sujet, baissez-vous et commencer l’approche calmement, sans bruit. Si cela est possible, mettez-vous à plat ventre. De cette manière, je suis parvenu une fois à moins de 50 cm d’un lézard vert en forêt de Fontainebleau. Surtout, repartez comme vous êtes venu, en douceur…

Quand voir le lézard des murailles ?

En Seine et Marne (forêt de Fontainebleau), on peut voir Podarcis muralis des murailles de fin mars à septembre. Ce qui nous laisse plusieurs mois pour apprendre à connaitre ce reptile bien sympathique !!!

NEWSLETTER
Pour découvrir les reptiles de la forêt de Fontainebleau

2 commentaires
  1. Bonjour, j’aime beaucoup ce que vous faite à très bientôt
    Pascal
    http://www.avionnormandie.com
    [email protected]

  2. Bonjours,
    Comment un lézard réagis lorsqu’elle est enceinte ?
    Merci
    Cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!