Accueil | Oiseaux | Tarier pâtre (Saxicola rubicola) – Passereau des plaines
Tarier pâtre mâle - Saxicola rubicola

Tarier pâtre (Saxicola rubicola) – Passereau des plaines

Le tarier pâtre m’attend quelque part en forêt de Fontainebleau. Je prépare mon équipement photo avant de quitter mon domicile.  Je réfléchis au moyen d’approcher ce passereau des milieux ouverts. Comment vais-je m’y prendre ? Cette question me taraude, car je ne veux pas déranger ces oiseaux typiques des biotopes buissonnants.

Je sais déjà où se déroulera la séance de shooting. Maintenant, seront-ils présents à mon rendez-vous, ça je ne le sais pas encore. En voiture, j’imagine divers scénarios et puis tous se mélangent dans ma tête. La nature est tellement imprévisible que je me demande si je pourrais atteindre mon objectif. J’ai conscience que c’est encore et toujours la nature qui me guidera…

Découverte du Tarier Pâtre

Appareil photo en main, je quitte mon véhicule pour me diriger vers mon coin à tarier. Plus j’avance, plus je perçois son cri caractéristique. Je devine sa présence lors de passage d’ombres furtives d’un buisson à l’autre. Je me fige pour observer cette jungle de buissons bas. J’y vois des pistes laissées par les sangliers, mais point de tarier pâtre. Les ombres des arbres courent au sol.

Cela me fait penser à la nécessité de prendre en compte la position du soleil. Je voudrais éviter de l’avoir de face pour les prises de vue. Suite à ce détail, je me dirige selon un tracé qui me permettrait d’avoir le soleil dans le dos. Je marche un bon moment sans avoir pu approcher Saxicola rubicola.

Et puis, la chance tourna à mon avantage quand je me suis rendu compte que je me trouvais en plein milieu d’une dispute entre deux traquets mâles (ancien nom utilisé auparavant). Perchés à un mètre sur des buissons, ils se faisaient face. Visiblement, il y en avait un qui se sentait sur son territoire ! Il poursuivait avec assiduité son rival dès qu’il ouvrait le bec.

Plusieurs buissons faisaient autour de moi une sorte d’arène dans laquelle les deux passereaux réglaient leur compte. Moi, trop heureux d’assister à cette confrontation, je me suis assis en silence pour ne pas les effrayer. Occupés par la dispute sur la possession du territoire, les oiseaux m’ont complètement oublié.

Pendant vingt minutes, j’ai suivi les intimidations, les poursuites des volatiles avec délice. Je ne pouvais rêver mieux pour une billebaude. Quand je vous disais que c’est la nature qui décide du cadeau qu’elle vous fera. Le coup de chance était là, je jubilais !

Cliquer sur la photo ci-dessous pour l’agrandir.

Tarier pâtre en plein chant
Tarier pâtre en plein chant

Description

La tarier pâtre est de la taille d’un rouge-gorge. Le plumage du mâle est différent de celui de la femelle. La tête, les ailes et la queue sont noires. La poitrine du mâle est orange rouille. Les autres parties du corps sont couvertes de plumes blanches. Quant à la femelle, les teintes sont moins vives. Le noir devient brun sur les mêmes parties du corps.

La poitrine et le ventre sont orangés. Les deux sexes ont la même silhouette. Parmi les attitudes de cette espèce, nous pouvons noter qu’ils ont l’habitude de tenir la queue relevée lors de leurs séances de chants. Ils se postent volontiers au sommet des petits arbres, des buissons pour chasser.

Chenilles, papillon, coléoptères, mouches, fourmis rentrent dans la composition de leur alimentation.

Saxicola rubicola surveillant son territoire

LE SAVIEZ-VOUS ? Certains couples de traquets pâtres restent ensemble même en dehors de la période de nidification !
Tarier Pâtre femelle - Oiseau de la forêt de Fontainebleau
Tarier Pâtre femelle

Cris et chants du tarier pâtre

Les différents sons émis par les tariers sont des moyens efficaces de valider leur présence, à défaut de les voir. Ces cris ressemblent à des cliquetis ponctués, de temps en temps, par un coup de sifflet. Je vous mets un lien vers un enregistrement de cet oiseau remarquable (source Web Ornitho).

8 commentaires
  1. Belle rencontre et merci pour le partage !

  2. Merci Djamal, tes articles sont toujours aussi intéressants et tes photos superbes !

  3. Merci à toi Patrick de suivre mes aventures naturalistes !!! 😉

  4. J ai eu l occasion de voir le tarier se nourrir d’odonates. Les grands lui donnent des difficultés..,
    J aime beaucoup vos articles car l’écriture est très soignée.

    Les photos excellentes aussi
    Excellent printemps

  5. Merci pour votre commentaire sympathique et cette observation originale.
    j’ai été voir votre site qui donne un bon aperçu des animaux en petite couronne, bravo !
    Bonnes photos
    Cordialement
    Djamal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!