Accueil | Oiseaux | Mésange charbonnière (Parus major) – Oiseau des Jardins
Mésange charbonnière - Oiseau des jardins

Mésange charbonnière (Parus major) – Oiseau des Jardins

Visiteur des mangeoires de jardins l’hiver, la mésange charbonnière est bel et bien un oiseau de la forêt de Fontainebleau. Ce petit lutin se balade constamment à la recherche de sa nourriture. Jamais seul, il emmène avec lui d’autres paridés dans ses expéditions. Ce sympathique passereau avec ses formes rondes vit non loin de nous. Pour peu que l’on s’intéresse à lui, il en dévoilera un peu plus sur sa vie de famille. Approchons sans bruit et observons derrière la fenêtre, comment il se débrouille…

Mon projet « Mésange charbonnière »

Tout commence en 2010 quand j’accroche un nichoir dans mon jardin. On est au mois de mars et je me dis qu’avec un peu de chance, cela intéressera peut être un couple d’oiseaux, mais lequel !? Il se passe 2 jours quand je vois à partir de ma fenêtre des allers et venues de mésanges charbonnières (Parus major). Je jubile, car si le couple l’a adopté, j’assisterai à l’élevage des poussins. Pour stimuler l’installation, je mets à l’entrée du trou un peu de mousse. L’effet est immédiat ! Les oiseaux arrivent dès mon départ et jettent un coup d’œil à l’intérieur pour voir ce qui s’y passe. Ils en profitent pour faire le ménage et virer la mousse. À partir de ce moment, les mésanges charbonnières se rendent plusieurs fois par jour à l’intérieur du nichoir.

Portrait d’un rondouillard

La mésange charbonnière fait partie de la famille des paridés qui compte plusieurs membres comme la mésange bleue, la mésange huppée, la mésange à longue queue, la mésange nonnette, la mésange boréale, la mésange noire principalement. Notre rondouillard est le plus costaud de tous. De la taille d’un moineau, il mesure environ 14 centimètres. Il est vif, robuste et ne s’en laisse pas compter à la mangeoire.

Portrait de la mésange charbonnière

Visuellement, notre charbonnière a la tête et la gorge noires. Une bande noire descend au centre de son poitrail. Les joues sont blanches. Le poitrail est jaune. Le dos est verdâtre. Son bec est court. Il a la particularité de passer un peu plus de temps au sol à la recherche de sa nourriture. Il affectionne les insectes qui constituent la base de son alimentation. En hiver, il consomme des graines et des fruits. Mais quand arrive la reproduction et plus particulièrement le nourrissage des poussins, les parents recherchent en priorité les chenilles.

Le saviez-vous ? La mésange charbonnière est un excellent auxiliaire au jardin, car elle protège vos cultures des chenilles.

Mésange charbonnière - Parus major

Nourrir ou mourir

Être parent n’est pas de tout repos, n’est ce pas ! Ceux qui ont des enfants le savent (les autres le découvriront un jour). Pour nos amis les mésanges, le challenge est sans commune mesure.

Dès la naissance des poussins, la course commence pour le couple de mésanges charbonnières. J’ai lu que le nourrissage des petits peut représenter jusqu’à 900 passages au nichoir dans la journée. Ce chiffre concerne le couple. Il n’est pas assumé par un seul parent, mais par les deux quand les jeunes sont tous nés. La conséquence de cette activité de dingue est l’état des adultes au bout de quelques jours. Vous avez des doutes ? Alors, regardez la photo ci-dessous. L’état du plumage de l’oiseau est terne et irrégulier. Pour les avoir observés, je vous assure que j’ai souffert pour eux. Du lever du jour jusqu’au soir, ils n’arrêtent pas…

Fatigue de la mésange charbonnière pendant le nourrissage des poussins

Le fruit des amours de notre couple pointe sa tête à l’extérieur pour découvrir le monde qu’il devra apprivoiser. Mais ce petit dégourdi n’est pas seul ! À l’intérieur du nichoir s’entasse une dizaine de frères et sœurs. C’est que dans la famille, on ne fait pas les choses à moitié. La mésange charbonnière est prolifique et c’est tant mieux !!!

Un à un, les juvéniles quittent le nid et vont se percher à proximité en toute sécurité en attendant la prochaine becquée. C’est quand même une période de risque pour ces petits êtres fragiles. Les chats, les pies, les corneilles en sont friands. Arrive le moment où mon nichoir est vide, l’élevage des jeunes se poursuivra  à l’abri des regards. Je suis un peu triste, car je me suis habitué à eux. Leur absence me manque…

Poussin de mésange charbonnière au nid

Épilogue

Depuis 2010, j’ai remis à plusieurs reprises mon nichoir dans le jardin. Presque à chaque fois, j’ai eu des locataires. Si vous souhaitez tenter l’expérience, je vais vous donner quelques conseils. Tout d’abord, le nichoir doit être étanche aux averses. Il ne doit pas pleuvoir à l’intérieur. Personnellement, j’ai choisi d’investir dans un nichoir du commerce. Il est en bois imputrescible. Il doit permettre un contrôle de l’intérieur, et ce pour 2 raisons. La première est de mirer la couvaison pour savoir si le nid est tenu par les parents (à faire discrètement en l’absence des parents). La seconde raison est le nettoyage du nid. Il faut pouvoir enlever la mousse, le crin, les déjections. Je vous le signale, car j’ai déjà vu des nids où il n’y a pas d’accès du tout. Et puis, choisissez un endroit tranquille et positionnez le nid à 2 mètres de haut environ. Pas la peine de le mettre plus haut (pour l’accès).

Voilà, vous avez quelques clés pour vivre ces moments incroyables. Février/Mars est le bon moment pour prendre cette décision. Je compte sur vous les amis…

Chant de la mésange charbonnière

Chers Lecteurs, si vous souhaitez identifier le chant de la mésange charbonnière, je place un lien audio (Source Web-ornitho.com) qui vous permettra de vous faire une idée.

NEWSLETTER

Pour découvrir les oiseaux de la forêt de Fontainebleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La vie secrète des

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau.
Photos - Récits - Guides

INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!