Accueil | Oiseaux | Hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) – Hirondelle rustique
Hirondelle rustique (Hirundo rustica) - Hirondelle de cheminée

Hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) – Hirondelle rustique

L’hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) appelée aussi hirondelle rustique est un passereau migrateur qui nous revient chaque printemps. Cet élégant oiseau anime nos villages par son gazouillis caractéristique. Ses chasses au-dessus des prés ou des champs, son mode de vie et ses difficultés sont à eux seuls des sujets d’études. Découvrons un peu de la vie intime de l’hirondelle rustique.

Une hirondelle fait-elle le printemps ?

Cet adage connu marque le top départ du renouveau de la nature. Pour être précis, l’hirondelle rustique peut même devancer le printemps de quelques jours. Certaines années, dès la mi-février elles arrivent dans le sud de la France. Dépendante des insectes pour son alimentation, elle attend patiemment l’augmentation des températures pour poursuivre sa route. On pourrait penser qu’elles font leur migration d’un trait en Europe, mais ce n’est pas le cas. L’élévation thermique se faisant par phase, l’émergence des insectes suit le même rythme. Du coup, les oiseaux sont dépendant des conditions climatiques pour se nourrir et reprendre des forces.

Dans mes notes personnelles, la date d’arrivée la plus précoce est le 3 mars, soit bien avant la date du printemps (21 mars). Il peut arriver qu’elles se fassent piéger par une vague de froid sur le retour. Leur survie dépendra de leur réserve en graisse et surtout de la durée du froid.

De quoi l’hirondelle de cheminée a besoin pour nicher ?

Pour nicher, l’hirondelle de cheminée a plusieurs critères qui ne pourront pas être dissociés. Le premier est l’abri qui hébergera le nid. Effectivement, l’hirondelle de cheminée favorise les locaux ayant des poutres comme des hangars agricoles, des écuries, des abris, des granges. Il faut ensuite que l’accès soit permanent pour aller et venir. Mais ce n’est pas tout, car notre migrateur au long cours doit pouvoir s’alimenter non loin de là. Si le bâtiment qui abrite le nid est non loin de prairies sauvages, de marais, de pâturage avec des bêtes de la ferme, ce sera un bon point pour le couple.

À quelques kilomètres de chez moi, en Seine et Marne, j’ai observé des hirondelles rustiques rentrant et sortant d’une vieille maison abandonnée dont la porte d’entrée laisse un trou béant. La maison se trouve au bord d’une route au centre d’un petit village. Elles s’accommodent aussi d’une lucarne laissée ouverte dans un garage.

Revenons aux besoins du couple d’hirondelles. Une fois le site choisi, elles confectionneront le nid avec de la boue mélangée à de la paille et autres petits matériaux. Dans une ferme, elles n’ont pas trop de problèmes à le réaliser. Ailleurs, elles attendent une pluie pour s’activer à cette tache. Vous noterez que les hirondelles se posent au sol pour collecter la boue. Lors de cette opération, il est possible en voiture de les photographier de près.

 

Hirondelles de cheminée lors de la récolte de boue dans une flaque - Photo
Hirondelles de cheminée lors de la récolte de boue dans une flaque

 

L’élevage des jeunes

Entre avril et juin, les évènements s’enchaineront comme suit. Le couple se forme. Le gazouillis fort agréable de l’hirondelle rustique retentit en vol, sur les fils téléphoniques ou électriques. La femelle pondra des œufs blancs tachetés de brun qui donneront naissance à 4 voir 6 poussins. La réussite d’une couvée dépend de la régularité du climat. Si le printemps est pluvieux et froid, le taux d’échec est important.

À partir de l’éclosion, la course contre la montre commence pour les parents. D’interminables allée et venue seront nécessaire pour rassasier les oisillons. Aussitôt déposée dans le gosier d’un jeune, l’hirondelle repart en chasse. Du matin au soir, les adultes parcourent des dizaines et des dizaines de kilomètres par jour. Le nourrissage dure un peu plus de 2 semaines avant l’envol des jeunes.

Les proies sont composées de mouches, cousins, moucherons, moustiques, petits papillons. En chasse, les oiseaux exécutent de concert des passages bruyants au-dessus des prairies, à raz du sol. Ce rase-motte est efficace, car les insectes craintifs n’échappent pas à la rapidité et l’agilité des hirondelles de cheminée. Rapides, elles sont capables de pointes de vitesse à plus de 90 km/h.

 

Hirondelle rustique (hirondelle de cheminée) au nourrissage
Hirondelle rustique (hirondelle de cheminée) au nourrissage

 

La migration retour à la fin de l’été

Dès le mois d’aout dans la région, les hirondelles de cheminée se regroupent. Par vague, elles partent tout en s’alimentant. Peu à peu, nos campagnes sont désertées. Les adultes seront les premiers à quitter la zone de reproduction. Les jeunes suivront quelque temps après.

La destination de cette migration post-nuptiale est l’Afrique tropicale et équatoriale. Soit un voyage de près de 7000 kilomètres juste avec quelques plumes, quelques grammes et surtout du courage. Du courage, il leur en faudra pour traverser la méditerranée. Elles devront affronter des dangers de toutes sortes avec des tempêtes en mer, des tempêtes de sable dans le désert du Sahara. D’importantes pertes sont régulièrement constatées lors du trajet migratoire.

Force est de constater que la population d’hirondelles rustiques est déclinante. D’année en année, elles sont de moins en moins nombreuses. Les pesticides, les aléas climatiques, les sites de reproductions non accessibles et bien d’autres problèmes pèsent sur nos fragiles oiseaux.

L’hirondelle de cheminée et l’homme

L’hirondelle de cheminée aime la proximité de l’homme, c’est un fait ! Lors de ma séance photo, je discutais dans un hangar viticole avec un copain et au-dessus de nous était posée une hirondelle de cheminée. À moins de 4 mètres, debout devant elle, je l’ai photographié sans la faire fuir ! Ces oiseaux sont confiants et peu farouches. Certes, en dessous du nid ou des perchoirs, il y a de la fiente. Mais pour quelques désagréments, quel bonheur de les revoir chaque année. D’ailleurs, les couples sont fidèles à leur site de ponte et reviennent au même endroit si la vie le leur permet.

Être choisi comme domicile par ces flèches bleu acier est un honneur. Ces 20 grammes de beauté ont produit tellement d’effort pour égayer notre printemps de leur gazouillis qu’il serait dommage d’oublier que nous vivons sur la même planète qu’eux ! Nous sommes liés l’un et l’autre par une soif de vie. Pour les hirondelles, il n’y a pas de calcul, pas de plan en cas de défaillance. Ils paient cash la dégradation du milieu naturel opéré par l’homme.

Alors, levez les yeux et observez l’hirondelle rustique (Hirundo rustica) qui instinctivement ne demande qu’une seule chose, qu’on la laisse vivre avec les hommes…

 

6 commentaires
  1. Merci Djamal pour ces explications et notes personnelles. Par chez nous, il y a une mamie qui a la visite régulière d’une hirondelle mais elle semble seule et depuis au moins l’an dernier (d’après la mamie). J’espère la revoir. Et oui, laissons vivre ces oiseaux avec l’Homme !!!! Encore merci

  2. Merci Sylvie pour cet échange sur le sujet.
    Il est possible que le couple ait été cassé par la disparition d’un des des deux, ce qui expliquerait la présence d’une seule hirondelle…
    Cordialement
    Djamal

  3. Bonjour
    Merci pour ce bel article.
    Une explication sur la baisse de leur population : les conflits dans leurs zones de migration. L empoisonnement de l’eau, destruction des zones humides, capture par filet..,, et comme vous le soulignez la destruction des sites de nidification.
    Pour se proteger des fientes : une petite planche suffit !
    Vivement le prochain article 🙂

  4. Merci pour ce complément d’informations ! 😉

  5. Bonjour Djamal,
    Le courage fantastique des oiseaux, c’est ce que représente ces adorables filles ailées !
    J’ai la chance d’héberger encore chaque année un couple dans la grange de ma maison située à Dammarie.
    Les petits sont nés la semaine dernière.
    Le couple ne construit plus de nid et se contente de retaper les anciens.
    J’ai eu très peur de ne pas les revoir cette année car elles sont revenues très tard le 16 avril.
    J’éprouve une joie profonde à les voir sillonner le ciel, vivre et gazouiller l’été autour de moi.

    J’ai vu les populations dégringoler au cours de plusieurs décennies dans le silence comme pour toutes les espèces animales et végétales…

    Merci pour votre article.

  6. Bonjour Monelle,
    Je suis heureux que vous ayez une place pour l’hirondelle rustique chez vous !
    Ce doit être plaisant de les voir évoluer chaque jour et d’observer la famille s’agrandir.
    J’espère qu’elles vous visiteront le plus longtemps possible…
    Merci pour votre partage.
    À bientôt
    Djamal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!