Accueil | Oiseaux | Alouette lulu (Lullula arborea) – Chanteur des milieux ouverts
Alouette lulu - Lullula arborea

Alouette lulu (Lullula arborea) – Chanteur des milieux ouverts

L’alouette lulu (Lullula arborea) est oiseau des milieux ouverts. Au printemps, on entend son chant particulier dans les grandes clairières de la forêt de Fontainebleau. Le reste du temps, ce passereau de la famille des Alaudidés (Alaudidea) est discret. Il n’est pas toujours facile de voir ce volatile de prêt tant il est méfiant. Mes billebaudes m’ont permis d’observer un couple dans la construction de leur nid et un autre qui nourrissait ses petits. Allons à leur rencontre à pas de velours…

L’alouette lulu et la forêt de Fontainebleau

Entre Lullula arborea et le massif bellifontain il y a un lien étroit. Elle affectionne les plaines d’herbes rases ou buissonnantes pour se nourrir. Certains spots de la forêt de Fontainebleau sont propices à leur observation. Mais il faut être réaliste, car souvent on se fait surprendre par l’oiseau qui s’envole au dernier moment. C’est pour cela qu’au printemps son chant permet une identification sûre. L’alouette lulu émet un gazouillis qui part des aigus et se termine par des trilles graves. Elle chante en s’élevant dans les airs. Écoutez son chant gracieux !

 

Avec une bonne paire de jumelles, vous pouvez observer l’alouette lulu en Plaine de Chanfroy (forêt de Fontainebleau). Elle se pose volontiers au printemps et en été sur les chemins pour chercher sa nourriture. Dans la région, on rencontre 2 espèces, l’alouette des champs et l’alouette lulu. Comme son nom l’indique, la première se rencontre plus fréquemment dans les zones cultivées autour du massif forestier. Quant à l’espèce qui fait l’objet de cet article, elle s’accommode des grandes étendues de plaines de type landes à bruyères, pelouses rases, bois clairs. On peut ainsi la voir exécuter des vols en forme de V inversé au-dessus d’une coupe rase en forêt de Fontainebleau. Partout où ce type de milieu est mis en évidence, l’alouette lulu est susceptible de s’y être arrêtée.

Mode de vie

L’alouette lulu est théoriquement présente toute l’année en forêt. Du coup, son régime alimentaire évolue au rythme des saisons. Insectes quand il y en a et graines le reste du temps.  Cet oiseau niche 2 à 3 fois par an. Commençant la ponte de bonne heure en mars, les couples peuvent terminer en juillet aout la troisième et dernière couvaison.

L’alouette fait partie de notre mémoire collective à travers la fameuse chanson que l’on chantait petit (Alouette gentille alouette, alouette je te plumerais…). Mais dans les faits, il n’est pas facile de s’en approcher. Son plumage mimétique et son comportement méfiant réduisent les occasions de l’observer.

Avant de préparer ce sujet, j’ai remarqué un couple rassemblant des matériaux pour le nid. Je me suis glissé à une quinzaine de mètres des oiseaux. J’ai noté leurs allers et venues vers un buisson. Peu à peu, ils m’ont toléré dans leur périmètre de sécurité et ont vaqué à leurs affaires. Quelle joie d’avoir eu à 2 reprises l’occasion de les regarder de prêt ! C’était pour moi le moment où jamais de les prendre en photo et de partager avec vous un peu de la vie de l’Alouette lulu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA VIE SECRÈTE DES

Oiseaux

Découvrez l'avifaune extraordinaire de la forêt de Fontainebleau
PHOTOS - RÉCITS - GUIDES

INSCRIPTION
error: Content is protected !!