Accueil | Mammifères | Hérisson (Erinaceus europeus) – Auxiliaire du jardinier

Hérisson (Erinaceus europeus) – Auxiliaire du jardinier

Caché derrière une touffe d’herbe, le hérisson guette le bon moment pour traverser le jardin. Il doit s’assurer que chiens et chats ont déserté le coin pour commencer sa recherche de nourriture. Ce scénario se reproduit partout où Erinaceus europeus est présent.

Fidèle à son territoire, il aime explorer chaque recoin pour dénicher de quoi manger. Notre hérisson sait prendre ses quartiers dans les endroits tranquilles. Il est présent en forêt de Fontainebleau où il peut se cacher pendant la période hivernale. Mais on le croise très souvent, la nuit tombée, dans les rues des villages bordant le massif forestier. Faisons connaissance avec cette bête atypique.

Fiche signalétique

Le hérisson est souvent méconnu pour les services qu’il rend aux jardiniers. Pour comprendre son rôle, voyons son alimentation. Notre mammifère a un régime omnivore puisqu’il recherche les vers de terre, les escargots, les limaces, les larves de coléoptères, fruits, baies, mais aussi la gamelle du chat lorsqu’elle est accessible. Vous comprenez pourquoi avoir un locataire comme lui est intéressant pour le propriétaire des lieux.

Un adulte mesure pas loin de 30 cm de long pour un poids pouvant osciller entre 1 et 2 kilos en fonction du sexe et du moment de la saison. Les mâles sont plus gros que les femelles. La femelle peut mettre bas 2 fois par an des portées de 4 à 7 petits. Dès qu’ils sont aptes à se déplacer, nous pouvons les observer à la queue leu leu derrière leur mère.

Hérisson - Auxiliaire des jardins

Non agressif, le hérisson se met en boule en cas de crainte. Cette attitude le protège dans la nature de ses prédateurs occasionnels. Sur la route, cette attitude lui est fatale. Vous devez savoir aussi que c’est un mammifère nocturne qui dort le jour la plupart du temps. D’ailleurs, j’aime raconter cette anecdote à propos d’un hérisson qui avait élu domicile dans mon jardin.

Un jour, pendant que nous mangions à l’extérieur de la maison l’été, j’aperçois notre coquin sur le ventre, ronflant pattes écartées. J’étais heureux de la voir ainsi en pleine confiance. Ma joie fut de courte durée, lorsque je me suis rendu compte que nous faisions trop de bruit et qu’il avait déménagé vers un coin du jardin plus calme.

Que faire pour garder un hérisson dans son jardin ?

Je vais essayer de répondre à cette question par quelques principes de bons sens. Tout d’abord, évitons les pesticides qui sont ingérés par la consommation d’insectes. Veillons à ne pas faire un jardin étanche qui ne laisse rien passer. Le hérisson a un territoire pouvant aller jusqu’à 2 hectares. La nuit, il se déplace pour trouver de la nourriture. Si les portails sont trop bas, il ne passe pas. Prévoyez 10 cm d’espace pour son passage. Je soupçonne notre petit lutin de faire un peu d’escalade lorsque la clôture n’est pas haute.

Si cela est possible, laissez un tas de feuilles avec des branches pour qu’il trouve une cachette en dessous. Si vous comptez bruler votre tas de feuilles, inspectez le avant pour voir si un occupant y a élu domicile.

L’été, placez une coupelle d’eau au bord des buissons. Comme ce n’est pas un chat, pas de lait ! Pour ce qui est de la nourriture, je n’y suis pas favorable. En jardinant bio et en évitant les pesticides, notre sympathique hérisson trouvera de quoi se nourrir. Il régulera les attaques de bestioles qui empoisonnent vos plantations.

Hérisson mangeant dans la gamelle du chat

Conservez des haies touffues sous lequel, il ira s’abriter des intempéries et du soleil. Si vous avez un bassin, étudiez-lui le moyen de sortir de l’eau avec une pente douce pour éviter la noyade.

Le tribu du hérisson à la route

Comme beaucoup de petits mammifères, le hérisson d’Europe est victime de la circulation. Il paie un très lourd tribut chaque année. Au cours d’une saison, j’en ai dénombré plusieurs dizaines écrasées. Le morcellement de la forêt de Fontainebleau ne favorise pas les longs corridors permettant une circulation sécurisée des petits animaux. La découpe des routes laisse peu de chance aux animaux lents de traverser sans risque.

D’année en année, cette charmante boule de piquants se fait de plus en plus rare. Sa durée de vie moyenne est estimée à 2 ans ! Combien de temps vivra-t-il encore si la route lui ôte régulièrement une bonne partie de sa population. Les automobilistes n’ont-ils pas un rôle à jouer sur la route ?

Repousserons-nous la nature sauvage aux confins de nos campagnes. La vie sans la diversité animale est une utopie que beaucoup oublient. Le vivre ensemble et penser aussi à eux est une responsabilité individuelle. Prendrons-nous notre part ?

 

Crédit photo : Pixabay

NEWSLETTER

Pour découvrir la vie des mammifères de la forêt de Fontainebleau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez la vie secrête de la faune !

MAMMIFȈRES de

LA FORʊT DE FONTAINEBLEAU
INSCRIVEZ-VOUS
close-link
error: Content is protected !!