Accueil | Insectes | Paon du jour (Aglais io) – Paon de jour
Paon du jour - Paon de jour

Paon du jour (Aglais io) – Paon de jour

Le paon du jour est le papillon printanier que je rencontre lors des billebaudes de fin mars. Très tôt dans la saison, dès que le soleil élève la température, on le voit poster au sol ou en vue sur un reposoir. Avec sa palette de couleurs, cet insecte ne me laisse pas indifférent. Sa beauté naturelle suscite ma curiosité de photographe animalier. Alors, dès que je le peux, je sors l’appareil photo pour essayer de lui rendre hommage…

Cycle du Paon du jour

Pour se reproduire, la Paon du jour a besoin de trouver des Orties dioïques (Grande Ortie) pour pondre ses œufs. Une fois trouvé, la femelle en pondra une bonne quantité. Les chenilles se développeront en colonie sur un plan d’orties. Généralement, lorsqu’on en voit une, il est fort probable qu’ils y en aient des dizaines. Les chenilles sont noires avec de petits points blancs. Elles sont couvertes d’épines. Elles grignoteront la plante hôte pendant plus de 12 jours avant d’entamer la formation de la chrysalide. La chenille s’attache par la dernière paire de pattes, tête en bas et sa peau glisse pour tomber, laissant place à la chrysalide.

Période de vol

Pour comprendre la précocité saisonnière ce nymphalidé, il faut savoir que cet insecte est sédentaire. Ce qui signifie qu’il n’y a pas de mouvement migratoire. Il passe l’hiver caché dans des souches, sous les écorces, dans les cabanes de jardins, bref partout ou il pourra échapper au froid. C’est pour cela qu’on voit le Paon du jour aux premières douceurs de température au printemps. Dès le mois de mars, si la température atteint les 15 °C, vous pouvez observer ce magnifique papillon diurne.

Les chenilles se rencontrent en mai-juin et juillet-aout. La période de vol va de mars pour les hivernants à septembre. Il peut y avoir de courtes périodes ou aucune des deux générations n’est présente. Mais cela ne dure pas.  Étant dépendant des orties pour sa reproduction, le papillon ne s’éloigne pas trop de ces aires.

Paon du jour prenant le soleil
Paon du jour prenant le soleil

Ce qui fait qu’en forêt de Fontainebleau, le Paon du jour est cantonné aux parcelles de feuillus, plutôt humides où peuvent croitre les orties, ce qui exclu les landes à bruyères. Préférez les biotopes ouverts ! Avec un peu de prospection, vous verrez probablement ce papillon rouge.

paon du jour
Paon du jour – Aglais io

Origine du nom Paon du Jour

Le nom des papillons ont des origines lointaines. La mythologie Grec est passée par là. Je vous avoue que ce n’est pas ma tasse de thé (l’histoire et encore moins la mythologie). Je vous propose l’explication suivante…

Aglais, Dalman 1816 vient du grec ἀγλαΐα, aglaḯa (« splendeur, brillance »); cette espèce était rangée sous la bannière du genre Vanessa, puis Inachis (du nom du dieu-fleuve Inachos, le père de la belle Io), mais ce qualificatif  d’aglaia convient parfaitement à l’une des plus éblouissantes espèces de rhopalocères.
Aglais io (Linnaeus, 1758) : Selon les Métamorphoses d’Ovide, Io a été poursuivie par le regard concupiscent de Zeus,  par le regard jaloux de la déesse Héra, puis, transformée en génisse, par les cent yeux panoptiques d’Argos, avant que son surveillant ne soit décapité par Hermes et que ses yeux ne viennent orner le plumage du paon royal de Héra. Comme les ocelles du beau papillon avaient été comparés aux yeux du paon, Linné, après l’avoir nommé oculus pavonis, le baptisa Papilio io ; belle revanche de la femme-génisse sur sa rivale !

les noms vernaculaires français ont été La Reine (d’après la description de Moffet qui débutait par Omnium Regina) ; Le Paon de jour (Geoffroy 1762), qui traduit le pavonis de Linné mais le différencie du Paon de nuit ; L’Œil de paon (Geoffroy, 1762), traduction de oculus pavonis ; Le Paon du jour (Engramelle, 1779) ; La Vanesse io, copie du nom scientifique alors en usage (Latreille, 1819) ; La Vanesse Paon de jour (Godart, 1821) ; et enfin depuis la recension de Luquet en 1986 : Le Paon-du-jour. Tous ces noms  honorent l’élément le plus remarquable du papillon, ses quatre ocelles qui partagent avec les « yeux » du plumage du paon leur capacité à iriser les rayons lumineux en couleurs chatoyantes.
Sourcewww.lavieb-aile.com

Paon du jour au début de l'automne
Paon du jour sur une mure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
Rejoignez
les 8000 lecteurs de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
error: Content is protected !!