Accueil | Insectes | Grand nacré (Argynnis aglaja) – Nymphalidae Heliconiinae

Grand nacré (Argynnis aglaja) – Nymphalidae Heliconiinae

Le grand nacré (Argynnis aglaja) est un papillon pratiquant la ressemblance de famille. C’est ainsi que chez les nacrés, on trouve 4 à 5 espèces en forêt de Fontainebleau. Notre sujet d’étude pour cet article est un peu moins grand que le tabac d’Espagne. Il ne passe pas inaperçu à cause de sa belle teinte orange.  Mais approchons-nous pour faire connaissance.

Fiche d’identité du grand nacré

Le grand nacré a une envergure de 50 à 60 mm. Il se distingue des autres nacrés presque uniquement grâce aux revers de ses ailes antérieures. Pour l’identifier à coup sûr, il faut pouvoir distinguer la bande jaunâtre en arc de cercle derrière les gros points blancs. Son cousin le moyen nacré a des ocelles argentés cerclés de roux au même endroit. D’ailleurs, on voit bien cette partie plus claire sur l’image plus bas.

Visible entre juin et aout, argynnis aglaja fréquente les endroits fleuris comme les prairies sauvages, les lisières de forêt où la lumière fait pousser des ronciers (qu’il affectionne) ainsi que les clairières. Ce lépidoptère apprécie aussi les fleurs sauvages roses et violettes. Sur la photo ci-dessous, on le voit butiner sur du chardon, véritable table gastronomique pour les papillons.

Grand Nacré (Argynnis aglaja) - Papilon de la forêt de Fontainebleau

La femelle pond ses œufs sur les violettes du genre viola. La chenille est noire et hérissée de piquants avec une bande orange sur les flancs. Mâle et femelle présentent un léger dimorphisme de couleur. Chez le mâle la teinte est plus vive que chez la femelle.

Le grand nacré en forêt de Fontainebleau

Ce grand papillon orange ne présente pas une population aussi dense qu’un demi-deuil. Il n’est jamais abondant dans les biotopes propices. Toutefois, il est possible d’apercevoir 2 à 3 papillons tournant sur des chemins larges et ensoleillés à la recherche de partenaire pour la reproduction où tout simplement pour se nourrir.

Certaines années, ils volent en juin. En 2016, les premiers imagos sont apparus courant juillet. La météo influe sur les conditions favorisant la sortie de l’insecte.

Notez que c’est un lépidoptère aimant le soleil et les espaces. Par conséquent mêmes si on peut le voir faire des incursions à l’intérieur des parcelles boisées pour butiner sur les ronciers, il recherchera principalement les zones d’herbes fleuries, les friches pour affirmer son vol puissant et rapide.

 

En conclusion, j’espère que vous aurez un jour l’occasion d’approcher ce magnifique papillon orange. Le voir évoluer au dessus de la pelouse ou le long des chemins est un spectacle limité dans le temps. Heureusement, que notre beau massif forestier de Fontainebleau offre encore le gîte et le couvert à cette espèce emblématique des rhopalocères de Seine et Marne.

NEWSLETTER

Pour découvrir les insectes de la forêt de Fontainebleau.

Voir Aussi

Azuré des cytises (Glaucopsyche alexis)

Azuré des cytises – Le lycène bleu

L’azuré des cytises (glaucopsyche alexis) fait partie de la famille des lycènes. Vous savez, ces …

Sphinx de l'euphorbe (Hyles euphorbiae)

Sphinx de l’euphorbe petit-cyprès (Hyles euphorbiae)

Le sphinx de l’euphorbe fait partie de ces papillons nocturnes volant aussi de jour. À …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
Rejoignez
les 8000 lecteurs de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
error: Content is protected !!