Accueil | Insectes | Carte géographique (Araschnia levana) papillon double face

Carte géographique (Araschnia levana) papillon double face

La carte géographique (Araschnia levana) est un papillon unique en son genre. Son cycle annuel produit des lépidoptères aussi éloignés en colorie que le jour l’est de la nuit. Voilà des années que je cherchais à photographier ce papillon diurne de la famille des Nymphalidae. Et puis, ce fut la rencontre l’année dernière avec la carte géographique, une espèce quasiment mythique à mes yeux.

Je l’avais croisé à plusieurs reprises sans pouvoir proposer des clichés de qualité correcte. 2016 sera donc l’année où j’aurai pu enfin vous parler de ce papillon étonnant que j’ai qualifié de double face. Voyons ce qui distingue Araschnia levana du reste de ses cousins.

La carte géographique version printanière et estivale

Si je vous dis que ce papillon séduisant arbore au printemps une teinte orange comme la photo ci-dessous et qu’en été, il préfère changer d’habit pour se présenter dans une élégante et sobre teinte sombre. Personnellement, je trouve ce cycle annuel extraordinaire ! Imaginez que le célèbre naturaliste suédois Carl Von Linné (18e siècle) en avait déduit, qu’il s’agissait de deux espèces distinctes.

Carte géographique génération printanière (Araschnia levana)
Carte géographique génération printanière

 

Les deux générations de papillon sont de même taille et se comportent de la même manière. Simplement, la génération printanière a passé l’hiver au stade nymphal et est sortie courant avril-mai. Alors que la seconde génération est issue de la ponte printanière et sa sortie nymphale se fait aux mois de juin juillet. D’ailleurs, on dit de cette espèce qu’elle est bivoltine (2 générations /an). On trouve la carte géographique en forêt de Fontainebleau mais de manière sporadique et locale.

LE SAVIEZ-VOUS ? La différence de couleur des 2 générations est appelée dimorphisme saisonnier.
Carte géographique génération estivale (Araschnia levana)
Carte géographique génération estivale

Description d’Araschnia levana

Dans la famille des Nympalidae, Araschnia levana est l’un des plus petits membres. Son envergure est comprise entre 35 et 45 mm. Il fréquente les lieux humides comme les bords de rivières, de ruisseaux, là où pousse la plante hôte. La femelle pond sur la grande ortie (Urtica dioica). Sa dépose des oeufs mérite à elle seule que l’on s’y arrête un instant. Habituellement, on imagine la femelle allant de feuille en feuille déposer ses œufs un à un. Et bien là, elle ne procède pas tout à fait comme cela ! Elle colle le premier œuf au support. Ensuite, elle poursuit la ponte en collant un chapelet d’œufs un à un, les empilant sous la forme d’un totem. Ce totem compte entre 8 et 15 œufs verts.

Comme toutes les chenilles des Nymphalidae, celles-ci ont des piquants sur le dos. Lors de la ponte, la colonie ne se disperse pas. En cas de dérangement, elles adoptent un système efficace de défense. Si on bouge une feuille d’ortie sur laquelle elles sont, elles se laisseront toutes tombées au sol adoptant un mécanisme de protection collective.

Particularité de l’espèce

Ce qui m’a étonné avec la carte géographique est sa territorialité. Le mâle de poste à bonne hauteur sur une feuille à la lisière ou sur un chemin bordé d’arbre. Chaque fois, qu’il voie passé un papillon de son espèce ou pas, il décolle aussitôt en reconnaissance ou pour chasser l’intrus. C’est ce comportement territorial qui m’a permis de capturer les images ci-dessous où l’on voit le mâle scrutant son territoire et m’offrant ainsi des perspectives de photos inhabituelles.

 

carte-geographique-forme-estivale_03_07_2015_IMG_9999_25

carte-geographique-forme-estivale_03_07_2015_IMG_9999_116

Pour agrandir les photos, cliquez dessus

Étymologie de Araschnia levana

Là encore, la bizarrerie l’emporte sur la signification du nom latin et sa version courante en français. Araschnia se rapporte à une araignée pendue à sa toile et Levana est une divinité romaine invoquée lors de la naissance d’un enfant. Bon, posons-nous un instant ! Peut-on voir un rapport entre une araignée et un aspect du papillon ? Peut-être que le revers des ailes évoque un maillage semblable à une toile d’araignée. Toujours est-il que le nom courant carte géographique peut aussi prendre sens lorsqu’on observe les taches de couleurs du revers des ailes.

Vous constaterez que très souvent le nom des papillons se rapporte à la mythologie et qu’à moins d’être un expert du domaine, il compliqué d’en comprendre le sens.

Pour aller plus loin, je vous invite à consulter ce PDF sur la carte géographique d’André Lequet.

3 commentaires
  1. Bonjour
    Encore un magnifique article!
    merci

  2. Aussi beau au printemps qu’en été, « l’ araschnia levana » se prête aisément aux photos qui sont très belles .
    Difficile de retenir les noms latins de ces beautés, mais l’article est clair et très intéressant.
    Merci beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORÊT DE FONTAINEBLEAU

INSECTES

  1. Papillons
  2. Coléoptères
  3. LIbellules
  4. Et pleins de surprises
INSCRIPTION
close-link
Rejoignez
les 8000 lecteurs de Fontainebleau Blog

POUR DÉCOUVRIR LES INSECTES DE FONTAINEBLEAU

INSCRIPTION
Votre email ne sera ni vendu, ni échangé
close-link
error: Content is protected !!