Accueil | Flore | Petite fleur blanche sauvage – Noms et photos des plantes
Marguerite - Petite fleur blanche

Petite fleur blanche sauvage – Noms et photos des plantes

Trouver le nom de la petite fleur blanche trouvée au bord d’un chemin ou dans un sous-bois est souvent un défi. Devant les plus de 4400 espèces de fleurs et plantes en France, notre choix est parfois hésitant. Pour lever un tout petit coin du voile, je vous propose une sélection photo de 10 fleurs blanches sauvages que l’on trouve aux lisières des bois, en bordure de champs. Une bonne partie est visible dès le printemps, pour les autres, il faudra attendre l’été pour les admirer. Intéressons-nous aux cinq premières fleurs sauvages.

La petite fleur blanche sauvage de Fontainebleau

Stellaire holostée

La stellaire holostée (Stellaria holostea) est une plante à fleurs poussant principalement en lisière de forêt. De la famille des Caryophyllacées, on lui donne aussi le nom de Langue d’oiseau. Elle pousse en printemps et en été entre mai et juillet.

Silène enflé

Le Silène enflé (Silene vulgaris) fait partie de la famille des Caryophyllacées. Cette fleur blanche a la particularité de faire partie de ce cortège d’herbacées poussant sur les pelouses métallicoles chargées en métaux lourds. Le silène enflé fait partie du cortège de plantes calaminaires. La floraison de la plante est étalée sur 5 mois entre avril et août.

Mouron des oiseaux

Le mouron des oiseaux (Stellaria media) ou Mouron blanc une petite fleur blanche annuelle poussant dans les milieux riches. Plante comestible appréciée en salade, elle est visée par les oiseaux granivores pour ses graines, d’où son nom. La floraison intervient entre mars et septembre.

Épiaire droite

L’épiaire droite (Stachys recta) est une plante à fleurs de taille moyenne d’une quarantaine de centimètres de haut. Cette plante vivace aime les endroits lumineux, tempéré et relativement sec. Elle se plaît sur les pelouses calcaires. La plante sera en fleur dès les premiers jours de l’été en juin, jusqu’en septembre.

Bourse à pasteur

La petite fleur blanche sauvage appelée bourse à pasteur (Capsella bursa-pastoris) pousse un peu dans tous les types de biotopes. Une de ses exigences est le besoin de lumière. Cette plante herbacée de la famille des Brassicaceae est commune en forêt de Fontainebleau. Son nom se rapporte à l’utilisation d’une bourse (porte-monnaie) par un berger. En tout cas, la forme de la fleur rappelle l’objet en question. La floraison se fait entre mars et septembre.

Hélianthème blanc

L’hélianthème blanc ou hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum) est une plante vivace poussant sur des sols inondés de lumière. L’inflorescence peut contenir jusqu’à 10 fleurs de 5 pétales blanches. En forêt de Fontainebleau, elle croit dans les milieux ouverts sur sol sableux. Visible entre mai et août, cette fleur délicate et fragile fait partie de la famille des Cistacées.

Clématite des haies

La clématite des haies (Clematis vitalba) est une sorte de liane de la famille des Renonculacées. Grimpante et robuste, cette plante à fleurs affectionne les lisières semi-ombragées à plein soleil. Elle peut constituer des buissons fournis remplis de fleurs blanches. Cette clématite a la particularité d’avoir des feuilles caduques. On peut contempler les fleurs de cette plante entre juin et août.

Anémone des bois

L’anémone des bois (Anemone nemorosa) est aussi une petite fleur blanche forestière qui pousse dès le début du printemps dans les sous-bois clairs. Elle côtoie les jonquilles et lui survit. Cette plante herbacée fait partie de ces premières fleurs que j’aime photographier à la sortie de l’hiver. De la famille des renoncules, sa spécialité est de fleurir avant la pousse du feuillage des arbres. Elle offre ainsi aux promeneurs d’une manière naturelle une jolie couverture blanche. Les premiers insectes arrivés profitent aussi de cette source de nourriture avec délice. Sa présence est signe d’équilibre du milieu.

Alliaire officinale

L’alliaire officinale (Alliaria petiolata) est une plante herbacée de la famille des Brassicacées. Comme son nom l’indique, son usage est possible sous la forme thérapeutique ou alimentaire. Je ne vous conseillerais rien de particulier. Je préfère laisser ça aux spécialistes. Pour l’avoir vu pousser dans mon jardin, l’alliaire officinale peut facilement passer pour une mauvaise herbe. Plusieurs papillons l’utilisent comme plante hôte. Personnellement, je laisse toujours des pieds pour laisser l’occasion aux papillons comme l’aurore (Anthocharis cardamines) de butiner et de pondre. La période de floraison s’étire d’avril à mai.

Liseron des haies

Qui ne connaît pas le liseron des haies (Calystegia sepium), fleur blanche en forme de trompette. Cette vivace considérée comme une plante grimpante accueille volontiers abeilles et bourdons pour les nourrir. Elle prospère dans les haies et les buissons à la recherche du soleil. Fleur blanche commune de la famille des Convolvulaceae, se vrille pour se refermer la nuit venue. Elle est une des plantes hôtes de la chenille du sphinx du liseron (Agrius convolvuli).

Saviez-vous que la fleur en forme d’entonnoir abrite pour la nuit des insectes ? Lorsque la fleur se ferme, l’insecte qui s’est installé un peu avant la fin du jour se trouve protégé du vent et de la pluie par cette enveloppe naturelle.

Fleur blanche rare

L’identification des petites fleurs sauvages est difficile pour le néophyte. À part les espèces de plantes à fleurs communes, le champ d’investigation est vaste. Des espèces rares poussent dans certaines localités de la région parisienne. Par exemple, il y a quelques années a été introduite la sabline à grandes fleurs (Arenaria grandiflora) en forêt de Fontainebleau. Disparu du massif, un programme d’étude a permis à cette fleur blanche sauvage de retrouver une de ses terres d’origine. Inféodée aux milieux sableux et montagnard, cette espèce a disparu du massif bellifontain dans les années 1990. Depuis, la fin des années 2000, plusieurs centaines de pieds ont été plantés et surveillé par un comité scientifique afin de s’assurer de la santé des plans.

Conclusion

Cet article est loin d’être complet. Vous trouvez sans nul doute d’autres fleurs blanches à ajouter à cette petite liste. J’ai espoir qu’elle éveille en vous une certaine curiosité pour ce qui pousse près de chez vous. Il n’y a pas d’un côté la bonne végétation et de l’autre la mauvaise herbe. Souvent, on préfère conserver au jardin ce qui flatte l’œil ou l’odorat. Pourtant, on peut planter des espèces locales vivaces qui fleuriront année après année.

Cet exercice ou cette prise de position est profitable à la biodiversité. Avec une recherche rapide sur internet, vous trouverez des marchands de graines de fleurs sauvages. Ils vous conseilleront en fonction du type de sol et de l’ensoleillement. Faites l’essai dans un coin de votre jardin et vous verrez !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fleurs et plantes
 

de la forêt de Fontainebleau

Découvrez aussi les orchidées...
INSCRIVEZ-VOUS
error: Content is protected !!