Accueil | Flore | Différences entre la bruyère et la callune
Bruyère commune (Erica cinerea)

Différences entre la bruyère et la callune

Entre la vraie bruyère et la fausse bruyère, saurez-vous faire la différence ? La forêt de Fontainebleau abrite des landes de bruyères tapissant le sol d’un éclat rose. Mais sous cette appellation commune se cachent en réalité deux plantes cohabitant en un même lieu. Voyons ce qui distingue la bruyère de la callune.

La bruyère sauvage (Erica cinerea) et son environnement

Erica cinerea est ce qu’on appelle la bruyère cendrée ou vraie bruyère. Présente sur les platières et sur nombres parcelles du massif forestier, la bruyère sauvage fleurit en fin d’été. Elle propose aux papillons diurnes de fin de saison comme le Myrtil un peu de nectar nécessaire à leur survie.

Poussant sous la forme de buisson bas, la plante porte plusieurs branches fleuries. La bruyère pousse sur un sol sableux dit siliceux. Elle s’accommode parfaitement de ce type d’habitat. Mais voilà, par nature cette plante vivace est sensible au piétinement.

 

Bruyère commune (Erica cinerea) - Vrai bruyère - Bruyère sauvage
Bruyère commune

 

Le biotope que forme les landes sont propice à certaines espèces d’oiseaux comme la fauvette pitchou qui arpente les buissons à la recherche d’insectes. Ce milieu ouvert est fréquenté aussi par la vipère aspic qui trouve des cachettes et surtout la chaleur recherchée.

La callune (Calluna vulgaris) le parfait sosie

La callune appelée aussi fausse bruyère ou bruyère callune pousse aux mêmes endroits que la vraie bruyère. Les fleurs de callune sont aussi roses. Lorsque les 2 espèces poussent cote à cote, on observe souvent des différences de teintes au niveau des fleurs. Les spécificités de biotope nécessaire à la plante sont similaires à celles décrites plus haut.

 

Callune (Calluna vulgaris) - Bruyère ou bruyère callune
Callune

 

Cette plante vivace supporte la présence de mammifères comme le chevreuil qui vient s’en nourrir lorsque les autres sources de nourriture s’amenuisent. Diverses chenilles de papillon de nuit se nourrissent de la callune. Parmi elles, il y a la chenille de la noctuelle de la Myrtille qui comme son nom ne l’indique pas, se nourrit de callune.

Ceci dit, voyons maintenant comment distinguer la bruyère sauvage de la callune.

Différences entre la bruyère et la callune

Ce qui caractérise la bruyère est les petites aiguilles qui parsèment la tige jusqu’aux fleurs implantées en grappe au sommet. La couleur des fleurs me semble plus contrastée, plus marquée que pour la callune. Quand on observe cette dernière, on voit des petites feuilles disposées en épi. Les fleurs sont implantées au sommet d’une tige nue partant en plusieurs ramifications. Au départ des différentes branches se trouvent les feuilles et les fleurs disposées les unes sur les autres.

 

landes de la forêt de Fontainebleau
Landes de la forêt de Fontainebleau

 

Le saviez-vous ?

Il est parfois intéressant de connaître l’étymologie des noms, car elle donne de temps en temps une spécificité de la plante. C’est précisément le cas ici du nom latin de la bruyère et de la callune.

La première partie du nom Erica signifie « briser » qui peut faire référence à la fragilité de la plante.
Calluna, lui, se rapporte à la fonction de balais qui était donnée à la plante.

Les landes de la forêt de Fontainebleau

 Le massif forestier de Fontainebleau abrite des milieux spécifiques et même uniques en Ile de France. Les rochers de grès et les zones sableuses sont autant de biotopes typiques régionaux. À ceux-ci, nous pouvons ajouter les landes à bruyères qui couvrent les platières et autres biotopes ouverts. Ces paysages accueillent aussi bien la callune que la bruyère et parfois les deux ensembles.
Ces plantes à rameaux sont sensibles au piétinement et aux incendies.
La platière d’Occident a été ravagée en 2016 et sa lande a été détruite en bonne partie. Sa biodiversité a été affectée. Insectes et reptiles sont directement impactés par ces évènements. C’est la raison pour laquelle, il est important de respecter ses zones naturelles et de montrer en focus la vie qu’elle abrite.
Vous voilà à présent équiper pour distinguer les différences entre la bruyère et la callune. Vous ne pourrez plus vous tromper ! 😉

 

 

13 commentaires
  1. Merci pour ses renseignements vos données sont très intéressantes Moi qui suit un amoureux delà Forêt de Fontainebleau

  2. Merci Fred, vive la nature ! 🙂

  3. C’est toujours bon de se remémorer les différences.

  4. Merci pour les explications , les différences et de nous les partager. La forêt de Fontainebleau est magique.

  5. Merci Djamal, je me posais la question de la différence entre bruyère et callune, maintenant je sais grâce à votre blog, si bien documenté et toujours passionnant à lire. J’ai découvert des oothèques de Mantis religiosa et des cocons de l’Argiope bruennichi dans des touffes de bruyère cendrée.
    Bonne journée !

  6. merci a vous pour vos explications qui sont tres enrichissantes , encore merci

  7. Belles et intéressantes explications merci

    Si vous le souhaitez, je peux mettre un lien (via une flamme ou un logo vers votre blog) sur mon site chemin-des-plumes.fr environ 150 pages jours visitées

  8. Merci Colette pour votre participation à cet article.

  9. Avec plaisir, merci Jean-Michel

  10. Merci Françoise pour ce partage de vos découvertes dans la bruyère.
    Au plaisir de vous lire.

  11. Merci et au plaisir de vous lire Marie-France 🙂

  12. Merci pour votre commentaire et votre proposition.
    Si vous me le permettez, un lien texte serait préférable du style « Forêt de Fontainebleau ».
    Cdlt
    Djamal

  13. bonjour vous pourriez me donner une desciption botanque de la bruyere sur la tige,la feuille,la fleur et la racines svp merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fleurs et plantes
 

de la forêt de Fontainebleau

Découvrez aussi les orchidées...
INSCRIVEZ-VOUS
close-link
error: Content is protected !!