Accueil | Flore de la forêt de Fontainebleau (Seine et Marne) – Île de France

Flore de la forêt de Fontainebleau (Seine et Marne) – Île de France

Avec plusieurs milliers d’espèces de fleurs et plantes sauvages, la forêt de Fontainebleau est un véritable laboratoire à ciel ouvert pour les botanistes. Les différents types de milieux présents sur le massif forestier participent au maintien de cette richesse floristique. Chaque biotope nous donne l’occasion de découvrir une flore différente. Par ses influences continentales, atlantique ou méditerranéenne, cette forêt parisienne située dans le sud Seine et Marne peut nous surprendre à chaque instant. Je vous à découvrir la flore de la forêt de Fontainebleau à travers l’œil d’un amateur.

Les différents types de paysages tels que les prairies sèches ou humides, les plaines forestières, les mares et étangs, les landes à bruyères, les chaos rocheux sont pourvoyeurs de formidables espèces. Selon l’exposition nord-sud des pentes, l’exposition au soleil change et offre de multiples visages à la végétation. Entre les milieux ouverts et milieux fermés, les variétés de fleurs diffèrent.

Les champignons sont les premiers bénéficiaires de ces derniers. Chaque recoin de la forêt recèle des surprises. À plusieurs reprises, j’ai pris en photo des plantes à fleurs dont j’ignorais tout ! Certaines sont communes, d’autres rares, mais la plupart m’ont littéralement subjugué. La prise de photo macro révèle les détails les plus fins que l’œil ne saurait capter. La richesse graphique et les couleurs de ces plantes sauvages sont une source d’émerveillement pour moi.

 

Flore de la forêt de Fontainebleau

 

En tant que photographe amateur et passionné de nature, l’idée de faire mon propre inventaire de la flore de la forêt de Fontainebleau m’a séduit. Conscient de mes connaissances limitées en botanique, cet inventaire sera non exhaustif. Néanmoins, vous serez sans doute content de voir et de mettre un nom sur les fleurs sauvages que vous avez observé. Les plantes vivaces à fleurs du printemps et de l’été feront partie de ma liste tout comme les plantes annuelles. Pour les orchidées sauvages que j’ai répertoriées depuis 4 ans, je vous ai préparé de quoi vous occuper un peu !

 

Violette de Reichenbach (Viola reichenbachiana)
Violette de Reichenbach (Viola reichenbachiana)

 

Le but de cette page consacrée à la flore de Fontainebleau est de centraliser mes trouvailles. Tout ce qui est présent ci-dessous est issu de mes observations. Il peut y avoir des erreurs, mais globalement, je vérifie avant de vous en parler. Vous y trouverez de plus en plus de liens au fur et à mesure de mes découvertes. Malheureusement, je ne pourrais pas mettre beaucoup de photos, car je souhaite limiter le poids de cette page et donc diminuer son temps de chargement. Par conséquent, je vous propose une liste initiale de 109 fleurs sauvages des prairies sèches et humides, des lisières, des milieux humides, des sous-bois, des landes.

104 espèces de fleurs sauvages en forêt de Fontainebleau

  1. Achillée millefeuille (Achillea millefolium)
  2. Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria)
  3. Alliaire officinale (Alliaria petiolata)
  4. Anémome des bois (Anemone nemorosa)
  5. Anémone pulsatille (Anemone pulsatilla)
  6. Armérie des sables (Armeria arenaria)
  7. Bec de grue (Erodium cicutarium)
  8. Benoite commune (Geum urbanum)
  9. Bétoine officinale (Stachys officinalis)
  10. Bourse à pasteur
  11. Brunelle commune (Prunella vulgaris)
  12. Bruyère (Calluna vulgaris)
  13. Bugle rampante (Ajuga reptans)
  14. Buglosse officinale (Anchusa officinalis)
  15. Cardamine des prés (Cardamine pratensis)
  16. Cardère sauvage (Dipsacus fullonum)
  17. Carline acaule (Carlina acaulis)
  18. Callune (Calluna vulgaris)
  19. Campanule raiponce (Campanula rapunculus)
  20. Centaurée jacée (Centaurea jacea)
  21. Chardon penché (Carduus nutans)
  22. Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata)
  23. Clématite des haies (Clematis vitalba)
  24. Consoude (Symphytum officinale)
  25. Coronille bigarrée (Securigera varia)
  26. Coquelicot (Papaver rhoeas)
  27. Cynoglosse officinale (Cynoglossum officinale)
  28. Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
  29. Douce-amère (Solanum dulcamara)
  30. Épilobe hirsute (Epilobium hirsutum)
  31. Épiaire des bois (Stachys sylvatica)
  32. Épiaire droite (Stachys recta)
  33. Épilobe des Marais (Epilobium palustre)
  34. Eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatorium cannabinum)
  35. Euphorbe petit-cyprès (Euphorbia cyparissias)
  36. Euphraise rouge (Odontites vernus)
  37. Ficaire fausse renoncule (Ficaria ranunculoides)
  38. Fumeterre officinale (Fumaria officinalis)
  39. Gaillet commun (Galium mollugo)
  40. Gaillet croisette (Cruciata laevipes)
  41. Géranium sanguin (Geranium sanguineum)
  42. Grande bardane (Arctium lappa)
  43. Grande lysimaque (Lysimachia vulgaris)
  44. Grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
  45. Herbe à Robert (Geranium robertianum)
  46. Houx (Ilex aquifolium)
  47. Iris des marais (Iris pseudacorus)
  48. Jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus)
  49. Lamier blanc (Lamium album)
  50. Lamier pourpre (Lamium purpureum)
  51. Lierre terrestre (Glechoma hederacea)
  52. Lin à feuilles étroites (Linum tenuifoliu)
  53. Linaire commune (Linaria vulgaris)
  54. Liseron des champs (Convolvulus arvensis)
  55. Liseron des haies (Calystegia sepium)
  56. Marguerite commune (Leucanthemum vulgare)
  57. Mauve alcée (Malva alcea)
  58. Mauve sylvestre (Malva sylvestris)
  59. Mélitte à feuilles de mélisse (Melittis melissophyllum)
  60. Mélampyre des prés (Melampyrum pratense)
  61. Menthe aquatique (Mentha aquatica)
  62. Millepertuis perforé (Hypericum perforatum)
  63. Molène noire (Verbascum nigrum)
  64. Mouron des oiseaux (Stellaria media)
  65. Mouron rouge (Anagallis arvensis)
  66. Muguet (Convallaria majalis)
  67. Muscari à toupet (Muscari comosum)
  68. Myosotis des bois (Myosotis sylvatica)
  69. Œillet des Chartreux (Dianthus carthusianorum)
  70. Œillet velu (Dianthus armeria)
  71. Oignon sauvage (Allium tricoccum)
  72. Onagre (Equus onager)
  73. Origan (Origanum vulgare)
  74. Orobranche pourprée (Phelipanche purpurea)
  75. Orpin blanc (Sedum album)
  76. Pâquerette (Bellis perennis)
  77. Perce-neige (Galanthus nivalis)
  78. Petite centaurée (Centaurium erythraea)
  79. Petite pervenche (Vinca minor)
  80. Phalangère rameuse (Anthericum ramosum)
  81. Pimprenelle (Sanguisorba minor)
  82. Pissenlit (Taraxacum officinale)
  83. Plantain moyen (Plantago media)
  84. Prêle des champs (Equisetum arvense)
  85. Primevère officinale (Primula veris)
  86. Poivre des murailles (Sedum acre)
  87. Pulicaire dysentrique (Pulicaria dysenterica)
  88. Raiponce orbiculaire (Phyteuma orbiculare)
  89. Salicaire (Lythrum salicaria)
  90. Salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
  91. Sauge des prés (Salvia pratensis)
  92. Saxifrage (Saxifraga granulata)
  93. Sceau de Salomon (Polygonatum odoratum)
  94. Scille à deux feuilles (Scilla bifolia)
  95. Scille d’automne (Prospero autumnale)
  96. Scabieuse (Knautia arvensis)
  97. Séneçon jacobée (Jacobaea vulgaris)
  98. Serpolet petit-chêne (Thymus pulegioides)
  99. Silène enflée (Silene vulgaris)
  100. Spirée filipendule (Filipendula vulgaris)
  101. Stellaire holostée (Stellaria holostea)
  102. Succise des prés (Succisa pratensis)
  103. Trèfle blanc (Trifolium repens)
  104. Trèfle des prés (Trifolium pratense)
  105. Véronique en épi (Veronica spicata)
  106. Véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys)
  107. Verveine officinale (Verbena officinalis)
  108. Violette des bois (Viola reichenbachiana)
  109. Vipérine (Echium vulgare)

Orchidées de Fontainebleau

Cet inventaire personnel des orchidées sauvages que la forêt abrite est partiel. Quelques espèces sont manquantes à cette liste de 21 espèces. Cependant, elle représente une base de départ dans la connaissance ou la reconnaissance des fleurs visibles.

Pour éviter les confusions, j’ai omis les orchidées hybrides que l’on trouve parfois. Elles sont jolies mais sources de confusion. Si vous voulez voir quelques hybrides spectaculaires, je vous invite à jeter un œil sur ce portfolio des Orchidées de Fontainebleau au format ebook (PDF).

 

eBook - Les Orchidées de la forêt de Fontainebleau

Je ne vous cache pas qu’il faut du temps pour arpenter la forêt de long en large pour espérer trouver ces espèces.

  1. Épipactis rouge (Epipactis atrorubens)
  2. Épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine)
  3. Orchis militaire (Orchis militaris)
  4. Orchis moucheron (Gymnadenia conopsea)
  5. Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)
  6. Orchis verdâtre (Platanthera chlorantha)
  7. Orchis bouc (Himantoglossum hircinum)
  8. Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata)
  9. Orchis homme pendu (Orchis anthropophora)
  10. Orchis pourpre (Orchis purpurea)
  11. Orchis brulé (Neotinea ustulata)
  12. Orchis pourpre (Orchis purpurea)
  13. Orchis x hybrida (Orchis purpurea + orchis militaris)
  14. Ophrys abeille (Ophrys apifera)
  15. Ophrys abeille (Ophrys chlorantha)
  16. Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora)
  17. Ophrys mouche (Ophrys insectifera)
  18. Céphalantère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia)
  19. Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra)
  20. Listère à feuilles ovales (Neottia ovata)
  21. Néottie nid d’oiseau (Neottia nidus-avis)

Rôle de la flore en forêt de Fontainebleau

Toutes ces fleurs ont des parures somptueuses. Bien que la floraison soit brève, elles contribuent à la nourriture des insectes, mais aussi à leur propre survie. La symbiose existante entre la plante et l’insecte est frappante. Nous savons aujourd’hui que l’un et l’autre sont nécessaires à la vie sur terre.

Étant présents à une étape de la chaîne alimentaire les insectes nourrissent oiseaux, reptiles et mammifères. Sans eux, point de vie ! Donc, il est vital que nous conservions toutes ces « mauvaises herbes », car elles garantissent la diversité de la vie, tout court. J’insiste régulièrement sur ces aspects, car trop souvent, je vois des fauches de prairies dans des ENS ou ailleurs et cela me fait bondir. Je crois que ces actions ont pour but de favoriser telles ou telles espèces de végétaux (d’importance régionale ou nationale). Mais à chaque fois, je constate que les insectes sont ignorés dans ces prises de décisions. Une des raisons est le fait qu’ils soient mobiles donc moins détectable qu’une fleur sauvage. Par conséquent, les contingents de papillons et autres petits invertébrés sont très souvent le dindon des farces administratives.

L’autre point de réflexion concerne l’entretien de son jardin. Les jardineries proposent quantité d’espèces dites sauvages, mais dopées aux « hormones ». Elles ressemblent à des espèces courantes, mais sont plus grosses et parfois plus fragiles. Le conseil que je revendique pour aider la nature est de se fabriquer un jardin sauvage. Plantez uniquement des fleurs sauvages en fonction de vos sols et laissez les insectes profiter de ces espaces mis à leur disposition. Si chaque propriétaire réservait une petite partie de son espace vert à la flore sauvage, des corridors verts pourraient automatiquement être créés. Les bénéficiaires seraient les insectes tels que les papillons.

D’ailleurs, pour connaître les fleurs mellifères (ou nectarifères) à planter chez vous, je vous propose quelques espèces sauvages et où acheter les graines. J’espère que ce dossier sur la flore de la forêt de Fontainebleau vous ouvrira des perspectives et que vous partagerez avec nous votre propre expérience sur le sujet.

DÉCOUVREZ LA FLORE

DE LA FORÊT DE FONTAINEBLEAU

Les orchidées sauvages aussi...
INSCRIVEZ-VOUS
close-link
error: Content is protected !!