Accueil | Crustacés | Tanymastix stagnalis – Le crustacé des platières de Fontainebleau
Tanymastix stagnalis - Crustacée de la forêt de Fontainebleau

Tanymastix stagnalis – Le crustacé des platières de Fontainebleau

Au royaume des petites bêtes, il existe un endroit où vit et se reproduit un crustacé pas comme les autres. Gîte éphémère, les mares de platières abritent un étrange animal au nom énigmatique, le Tanymastix stagnalis.

Il s’agit d’une sorte d’une petite crevette résidente en forêt de Fontainebleau qui à certains moments de l’année, donne vie aux mares temporaires. Mais approchons-nous pour les regarder vivre.

La crevette d’eau douce & Co

Ce crustacé branchiopode fait partie d’une branche peu étudiée en France. Ses milieux de vie comme les vasques, flaques et ornières sont peu prospectés. Du fait du caractère temporaire de ces biotopes et la petite taille de ces arthropodes leur détection est difficile et non systématique.

Il y a peu de spécialistes pour recenser les différentes espèces de crustacés. C’est la raison pour laquelle, on en sait peu sur la répartition des populations de crevettes d’eau douce en France.

Tanymastix stagnalis - Crustacé de la forêt de Fontainebleau

L’année 2015 a été pour moi pleine de surprises avec la rencontre fortuite de 2 espèces de crustacés dont j’ignorais même l’existence. La première espèce est celle faisant l’objet de l’article, c’est-à-dire le Tanymastix stagnalis.

La seconde espèce me semble tout aussi rare. Si je ne me suis pas trompé, j’ai photographié le Cypris pubera dans une mare de platière de Fontainebleau. Elle partit des espèces en liste rouge.

Cypris pubera - Crustacé de la forêt de Fontainebleau

 

Description de Tanymastix stagnalis

Notre brachiopode de petite taille n’excède pas le centimètre de long. Un dimorphisme existe entre le mâle et la femelle. La photo ci-dessous montre une femelle avec sa poche rouge contenant les œufs. Le mâle en est dépourvu ce qui le rend difficilement détectable.

La nage lente est permise par les pattes placées en dessous dans un style pédalage. Deux yeux pédonculés (c’est à dire placés à l’extrémité d’une partie longue reliée au reste du corps) habillent cette élégante crevette.

Femelle Tanymastix stagnalis - Forêt de Fontainebleau

Cycle annuel de reproduction

Comme vous l’avez deviné chers Lecteurs, avec le tanymastix stagnalis nous avons affaire à un animal ayant un mode de vie extraordinaire. Existence courte, reproduction semblant vouée à l’échec par l’assèchement des mares de platière et renaissance un beau jour d’été. Comment ne pas être admiratif devant ce miracle de la nature !

D’après une brochure éditée par la Station d’Écologie Forestière (Université Paris Diderot), la « crevette féerique » pond des « œufs de résistance » (ou cystes) possédant la capacité de survivre à l’assèchement de la mare et d’éclore lorsque celle-ci est de nouveau en eau.

Toute sa spécificité réside dans sa résistance à l’assèchement et à la conservation des œufs lorsque le soleil tape sur la roche chaude l’été. J’ai regardé la signification du terme cyste et j’ai trouvé la définition suivante :  « Qui contient du sang ».

Est-ce le secret de sa survie en milieux hostiles ? Je laisse cette question à votre réflexion.

Pour voir en vidéo ce crustacé exceptionnel, je vous laisse ce lien.

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER

Pour découvrir la vie sauvage de la forêt de Fontainebleau

10 commentaires
  1. Magnifique partage un grand Merci à vous, j’ai habité Fontainebleau par le passé et je me réjouis de continuer grâce à vos découvertes d’admirer ses charmants hôtes 🙂

    • Merci, Patricia de suivre avec intérêt mes trouvailles ! Petit à petit, j’essaie de lever le voile sur la biodiversité d’une forêt qui reste à étudier et surtout à protéger.
      À bientôt pour la découverte d’une magnifique fleur printanière.

  2. Je ne connaissais pas du tout cette petite bêbête… il va falloir que j’ouvre l’œil et que je m’intéresse d’un peu plus près aux mares des platières… Merci encore!

  3. je découvre avec beaucoup d’intérêt votre passion et vos commentaires que je vais suivre régulièrement et partager

  4. Aïe, répétée a deux reprises, ce n’est plus une faute de frappe !
    Ce ne sont pas des brachiopodes (bras en forme de pattes, ou le contraire) mais des branchiopodes (pattes qui servent de branchies)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!