Accueil | Amphibiens | Rainette verte (Hyla arborea) – La rainette arboricole de Seine et Marne
Rainette arboricole (Hyla arborea) - rainette verte

Rainette verte (Hyla arborea) – La rainette arboricole de Seine et Marne

La rainette verte (Hyla arborea) de la famille des Hylidae est un amphibien principalement nocturne. Il est présent en Seine et Marne. Sa discrétion, le jour durant, limite sa détection. Il risque beaucoup par la destruction de son habitat. Pourtant, ce magnifique batracien vert offre aux yeux comme aux oreilles une expérience étonnante. Mais laissez-moi vous parler cet animal qui m’a longtemps fait courir en tant photographe naturaliste. Allez suivez-moi…

Ma rencontre avec la rainette verte

Quand j’ai lancé mon premier blog, je m’étais fixé quelques objectifs à atteindre. L’un d’eux était de photographier la rainette verte. Mais voilà, où la trouver ? J’habite à proximité de la forêt de Fontainebleau, alors une de mes premières réactions a été de concentrer mes recherches vers les mares et étangs du massif forestier. Et puis j’ai abandonné en constatant que visiblement, elle y était rare. En questionnant les anciens de la région, j’ai appris que dans un passé récent, ce batracien fréquentait les jardins en bordure de Seine.

Mais voilà, les constructions ont eu raison des quelques populations installées depuis une éternité. Il me fallait donc abandonner ce projet ! Un peu de temps s’est écoulé avant l’envie me prenne à nouveau. Cette fois, je me suis documenté pour savoir quels étaient les mœurs, les cycles que suivaient Hyla arborea. Les détails en tête, j’ai repris mes recherches, mais d’une autre manière. Les résultats se sont vite révélés différents puisque j’ai trouvé plusieurs sites qui abritaient de bonnes populations de rainettes vertes.

La suite a consisté à trouver les bons moments, les bonnes heures pour aborder la photographie de manière sereine, car figurez-vous que ce n’est pas le jour qu’elles sont actives. Mais tout compte fait, ma satisfaction d’être arrivé à un résultat en ne partant de rien m’a donné le courage malgré la fatigue de faire des sorties pour assister à une représentation spéciale dont j’étais le VIP. Avant de vous raconter cela en détail, faisons connaissance avec ce petit amphibien arboricole.

Description de Hyla arborea

Pouvant être confondue avec les grenouilles vertes, la rainette verte se distingue par sa petite taille qui ne dépasse guère 5 cm. Sa couleur peut varier puisque j’ai aussi photographié des individus marron. Cette variabilité est partagée avec sa cousine la rainette méridionale (Hyla meridionalis) que l’on trouve dans la moitié sud de la France.

 

Rainette arboricole ( Hyla arborea) - Amphibien de Seine et Marne

 

Contrairement aux grenouilles qui sont exclusivement terrestres, la rainette arboricole est comme son nom l’indique une espèce qui se perche dans les buissons, les arbres, les murs. De petites ventouses au bout des pattes lui permettent cet exercice. Une fois perchée, la trouver dans la végétation est une gageure. Même lorsqu’elle est en plein chant et que vous êtes à proximité, vous pourriez avoir du mal à la trouver.

 

Sac vocal de la rainette verte - Amphibien de Seine et Marne
Sac vocal de la rainette verte

 

Habitat

La rainette verte aime la proximité de l’eau. En même temps, il faut qu’elle puisse profiter de l’exposition au soleil. On peut la trouver à proximité des mares, des étangs lorsqu’ils ne sont pas touchés par les pesticides agricoles. L’endroit est généralement sauvage et peu fréquenté par l’homme, surtout dans le sud Seine et Marne. En forêt de Fontainebleau, elle est en danger de disparition si tant est qu’il en reste encore quelques-unes.

 

ponte de rainette arboricole - Batracien de Seine et Marne
Ponte de rainette arboricole

 

Bizarrement, il y a bien des points d’eau en forêt de Fontainebleau pouvant accueillir des rainettes arboricoles. Les mares sont de taille suffisante. Elles sont bien éclairées et reçoivent la lumière du soleil. Seulement voilà, elles ont dû y vivre un temps où la forêt était encore sauvage. Une époque où l’exploitation du bois ne menaçait pas l’équilibre complet de la forêt. Aujourd’hui, les mares situées au nord du massif ne résonnent plus des chants nuptiaux des rainettes vertes et c’est bien dommage.

Chants de la rainette verte

La période de reproduction de la rainette verte équivaut au brame du cerf pour ce qui est du spectacle qu’il offre. Imaginez-vous entendre le chant de ces batraciens à plus de 1,5 km de distance. Vous percevez un son pratiquement continu et vous arrivez à le localiser en suivant la piste auditive. Bien sûr, il fait nuit et probablement une température de 5 à 8 °C.

Maintenant, imaginez-moi approchant avec ma lampe torche d’une petite mare d’une dizaine de mètres de diamètre en lisière. Je marche dans les herbes hautes et humides pour arriver sur une berge. Je viens de terminer 30 min de recherche à l’oreille et là je découvre une vie grouillante insoupçonnée. Ici et là, j’aperçois des mouvements dans l’eau autour des herbes, mais ce qui me frappe le plus, c’est le volume sonore que ces petites bêtes sont capables de produire.

LE SAVIEZ-VOUS ? Le volume du chant d’un seul mâle oscille 80 décibels et 100 décibels

À partir de cette valeur, si d’après mon estimation cette mare devait abriter entre 10 et 20 mâles, quel serait le niveau sonore ? C’est simple, pour se parler avec un ami qui était à moins e 2 m, nous étions obligé de crier et encore parfois de répéter, car nous ne nous entendions pas. D’ailleurs, nous n’avons pas tenu longtemps tant le bruit était assourdissant. Après quelques clichés, nous avons dû quitter cette mare fantastique.

Reproduction de la rainette arboricole

C’est en avril qu’en Seine et Marne, la reproduction de la rainette arboricole commence. Elles se dirigent vers leurs lieux de reproduction le plus proche pour trouver leurs congénères. Le mâle se met alors à chanter (ou à coasser) pour attirer une femelle. Elle déposera plusieurs centaines d’œufs dans la végétation. Elle s’éloignera ensuite de l’eau une fois la ponte terminée.

Les têtards sortiront de l’eau après la pousse de leurs pattes avant et arrière, abandonnant leurs branchies. Leur taille sera de l’ordre de 15 mm. Ainsi, cette phase aquatique d’un peu plus d’un mois dépend en grande partie de la pluviométrie. Si le point d’eau reste conserve un bon niveau, la croissance des têtards sera régulière. En cas d’assèchement, la descendance n’est pas assurée.

Rainette bleue

Comme je l’ai écrit un peu plus haut, la teinte principale de ce batracien est un vert tendre. Mais elle peut très bien être brune avec des accentuations plus ou moins marquées. Mais la chose la plus incroyable est qu’il existe une déclinaison insolite ! Sur les milliers de batraciens qui naîtront, un ou deux seront bleu turquoise. Bien qu’il soit plus fréquent chez la rainette méridionale, on peut voir aussi des rainettes arboricoles bleues. Je vous propose donc de voir la cousine du sud de la France. N’est-elle pas tout simplement magnifique ?

 

Rainette mériodionale bleue (Hyla meridionalis)

 

 

2 commentaires
  1. Bonjour Djamal,

    Elles sont bien belles ces petites rainettes vertes ou turquoises et votre descriptif très intéressant nous permet de mieux connaître ce petit amphibien qui se confond et se dissimule parmi la végétation mais sait aussi se faire entendre …
    Belles photos qui prouvent que la patience est souvent récompensée !

    Bon week-end à Vous.

    Dominique

  2. Croa croa Dominique,
    Merci ce résumé sympathique et à votre image !
    Bonne soirée et à bientôt
    Djamal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Richesse des milieux humides

Amphibiens de
la forêt de Fontainebleau

Découvrez les espèces présentent dans les mares forestières...
INSCRIPTION
close-link
error: Content is protected !!